- Forum consacré au monde de Dragons de DreamWorks -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Rafxsulfuslovestory

avatar
Coucou les amis ! Comme j'ai beaucoup aimé la nouvelle saison de Dragons : Par delà les rives, j'ai décidé d'écrire plusieurs OS sur la suite ! 


On commence avec un qui se passe entre "Aveuglé" et "L'artillerie lourde, partie 1" : Bon plan


J'espère que vous l'apprécierez Wink 


xXx


Après avoir échangé un baiser mutuel et passionné, les deux tourtereaux se rapprochèrent l'un de l'autre et Harold posa son bras autour de l'épaule d'Astrid. Elle fit de même avec sa taille en posant sa tête sur Harold.





Après un moment, Harold brisa le silence :

- Alors... c'est ce que tu veux que ça devienne ? demanda-t-il en la regardant.

Astrid sourit et releva la tête vers lui.

- Je pense que je pourrais m'y habituer, oui.

Leurs visages se rapprochèrent et leurs lèvres finirent par fermer la distance entre les deux adolescents.

Après ça, Harold raccompagna Astrid jusqu'à sa hutte en lui tenant la main.

- C'était bon de pouvoir te voir à nouveau Harold, merci encore pour tout ce que tu as fait pour moi.

- Je t'en prie Astrid, c'est normal. Je suis content que tu aies recouvré la vue.

- Oui, moi aussi. Je vais pouvoir recommencer à t'observer toute la journée.

- Ouais... Hein quoi ?! Qu'est-ce que tu viens de dire ? M'observer toute la journée ?

Astrid se mit à rire doucement et se rapprocha d'Harold une fois de plus pour venir l'embrasser. Puis, elle se dirigea vers sa hutte, laissant un Harold confus.

Deux semaines avaient passé depuis qu'ils s'étaient embrassés pour la première fois depuis longtemps. Ils avaient finalement réussi à dresser le Triple attaque avec des bruits de cliquetis au grand plaisir d'Harold. Ça n'avait pas été facile mais le plus important, c'était qu'à présent le dragon allait pouvoir se battre à leurs côtés. Et c'était une bonne chose sachant la bataille future qu'ils allaient devoir mener contre Viggo et son Projet artillerie.

Harold préparait un plan depuis que son père lui avait demandé de revenir le voir avec un pendant la période du soleil de minuit. Ça faisait des mois que lui et Astrid travaillaient dessus durement et ils n'avaient pas vraiment pu avancer avant que les jumeaux ne s'infiltrent dans le Projet artillerie. Grâce à eux, ils avaient obtenu plus d'informations sur les projets des chasseurs, ce qui leur permit de construire un vrai plan, bien ficelé.

- Et j'avais pensé que l'équipe A pouvait nous rejoindre aussi, ajouta Harold.

- Et pourquoi pas Ingrid et Dagur aussi ? Ils pourraient sûrement aider ! suggéra la blonde.

- Oui bien sûr ! Bonne idée Astrid !

Ils continuèrent de discuter du plan toute la nuit durant. Harold finit par jeter un œil à la carte du repère de Viggo. Il pointait un endroit en particulier en disant à Astrid qu'ils devraient attaquer ici en premier pour se débarrasser des chasseurs pour ensuite pouvoir atteindre Viggo. Astrid stoppa soudainement le garçon en le tournant vers elle.

- Harold, il est tard. On continuera demain, d'accord ?

Il soupira.

- Oui, bien sûr.

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Rien.

- Harold...

- Très bien... Il ne nous reste plus que deux jours pour finir le plan et le montrer à mon père et j'ai l'impression qu'on...

La jeune viking le coupa dans son élan.

- Harold, ça va aller. Ne t'inquiète pas. Tu as beaucoup travaillé dessus et c'est brillant. Il reste quelques détails à régler mais c'est pratiquement fini.

- Ouais je suppose que tu as raison Astrid mais je crois que tu oublies que c'est notre plan. Tu m'as plutôt pas mal aidé en vérité... murmura-t-il en prenant sa main, rapprochant la jeune fille de lui.

Ils fermèrent les yeux et s'embrassèrent sous la pleine lune de minuit.

- À demain. Bonne nuit Harold.

- Bonne nuit.

Elle allait partir quand celui-ci la retint.

- Et Astrid...

- Oui ?

- Merci.

Elle lui sourit et se dirigea hors de sa hutte. "Cette fille est vraiment génial" pensa le jeune homme. Et c'était la raison pour laquelle il l'aimait tant.


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

yoummy

avatar
J'ai adorer cette OS Razz

Sa s'incruste bien avec l'histoire et il est agréable a lire et sa ajoute un truc en plus
sa serai bien que dans la serie il mette ce genre de détaille sa nous montre le debut de leur relation donc comment il gère le truc au début XDD Et puis l’investissement d'astrid dans le plan d'harold sa nous montre bien qu'il sont complice et complémentaire c'est de là Razz

Apres t'écrit toujours aussi bien X) J'ai toujours adorer tes histoire de toute façon Razz


_______________________________________________
Je suis tarée, complètement démente !
L'amie la plus folle que tu n'a jamais eu
Tu pense que je suis une psychopathe,tu pense que je suis sonnée
Tu te doute bien que c'est la vérité




A la limite de la folie, complètement dingue
Aurai tu peur ? tu tremble devant moi
Mais il ne le faut pas, car je vais te dire un secret
Ne le répète pas, je suis folle est alors ?
Toutes les meilleures personnes le sont bien...





Inspirer de Mad Hatter - Melanie Martinez

Rafxsulfuslovestory

avatar
Ouais c'est vrai mais en même temps c'est normal que la série ne tourne pas trop autour d'eux non plus et puis d'un côté, ça nous permet à nous, fanwriters d'écrire là dessus ! Sinon on aurait plus rien à écrire ! xD

Aha merci c'est gentil mais celui là est plutôt court ^^ J'essaierai d'en écrire des plus longs !


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

yoummy

avatar
oui c'est vrai mais bon c'est pas moi qui vait me plaindre parce que il y a trop de hiccstrid XDDDD


_______________________________________________
Je suis tarée, complètement démente !
L'amie la plus folle que tu n'a jamais eu
Tu pense que je suis une psychopathe,tu pense que je suis sonnée
Tu te doute bien que c'est la vérité




A la limite de la folie, complètement dingue
Aurai tu peur ? tu tremble devant moi
Mais il ne le faut pas, car je vais te dire un secret
Ne le répète pas, je suis folle est alors ?
Toutes les meilleures personnes le sont bien...





Inspirer de Mad Hatter - Melanie Martinez

Rafxsulfuslovestory

avatar
Aha on est d'accord x)


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Phenix du Valhalla

avatar
A que bonsoir !

C'est professeur Phénix, Fumseck pour les intimes.
Littéraire et acteur chez Carglass à mes heures perdues !

J'ai reçu ta copie Raf et je dois dire que... que... c'est de plus en plus court...
635 mots... Ma foi...

Il est intéressant cependant de noter le faite que les courts récits ne sont pas forcément les moins bons ; personnellement, je préfère d'avantage une courte histoire bien ficelée qu'un pavé chiant, pesant et dénué d'intérêt (#Balzac qui m'a fait souffrir trois heures durant - -).
Bref, ça faisait longtemps Raf (#ironie).
Rentre-t-on dans une intense production littéraire qui te vaudra les prix Goncourt des fanfiction ?
Rêvons, rêvons...

Commençons :
Tout comme la taille du texte, je n'aurais que quelques mots à dire, ce qui en soit est plutôt pas mal xD
L'utilisation d'images pour illustrer la fanfiction est une excellente idée et ça me désole ne pas trouver cela plus souvent ; peut-être un rappel trop douloureux ou trop fan-servicesque (non, ce mot n'existe pas) de la série/film... Mais original et apaisant au regard.

Le fait de mettre le terme "observer" en italique souligne la nouvelle relation entre Harold et Astrid qui avait, il faut le croire à la lecture, déjà débuté il y a quelques temps déjà.
J'aime ça Smile

Comme je le dis souvent, c'est intéressant de voir les envers du décors : les parties que la série ne nous a pas montrée, en l’occurrence ici la conception du plan d'attaque contre Viggo élaboré par Harold avec l'aide d'Astrid. Ce qui est encore plus marquant ma foi, c'est à quel point les éléments d'une fanfiction à une autre (pas forcément mot à mot ; on appelle ça dans le milieu un plagiat) peuvent coïncider, à croire que vous êtes tous des scénaristes chez Dreamworks... Attendez ! Ça mérite réflexion...

Un peu perplexe cependant ^^ :
Harold préparait un plan depuis que son père lui avait demandé de revenir le voir avec un pendant la période du soleil de minuit.
Késséçaveudyr ?

Bon, l'oubli de mots est fréquent, don't worry ^^
Et si ce n'est pas le cas, c'est ma connerie qui est fréquente !

Bref, une fanfic courte mais qui, comme à ton habitude (dans la conception des dits écrits), nous transporte une fois de plus dans le Hiccstrid tant aimé et ne tombe pas dans le simple remplissage pur et dur !
Félicitation, une bonne appréciation.  Razz

Puis-je te poser une question ?
Non ?
Tant pis, je l'a pose quand même : collection d'OS ? Devons nous nous attendre, dans ce topic, à une avalanche de fanfic sur Hiccstrid ?
Si oui, génial !
Si non, cruelle que tu es... Neutral

Au plaisir de lire de nouvelles aventures !

A que à bientôt !


_______________________________________________
"Je suis devenu écrivain pour vivre ce que je n'ai jamais vécu"


Dragons - Explorers of Berk
Amour de Poulet

Disponible chez ton marchand de fanfiction  drunken



On y croit :
https://www.youtube.com/channel/UCKvRrG2RpHOw-k65ktloEQQ

Rafxsulfuslovestory

avatar
Coucou ! Ça faisait longtemps lol

J'adore toujours autant tes commentaires !

Pour le "observer", c'était bien évidemment fait exprès effectivement ^^

Désolée pour cette phrase, si tu en as une mieux, dis le moi ! Le truc, c'est que j'ai d'abord écrit ce one shot en anglais et je l'ai ensuite traduit en français ! D'où la difficulté à traduire cette phrase x)

En tous cas, je suis contente que ce petit écrit t'ai plu malgré sa longueur !

Et pour répondre à ta question, effectivement, oui, je vais écrire d'autres one shot de ce genre sur ce qui se passe après la saison 4 (des plus longs je l'espère) !

Merci beaucoup !  Very Happy


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Phenix du Valhalla

avatar
Tu écris d'abord en anglais ? Oh, really ? Comme ça ? Pour le fun ou parce qu'il y a un travail derrière d'apprentissage plus intéressant de l'anglais ?


_______________________________________________
"Je suis devenu écrivain pour vivre ce que je n'ai jamais vécu"


Dragons - Explorers of Berk
Amour de Poulet

Disponible chez ton marchand de fanfiction  drunken



On y croit :
https://www.youtube.com/channel/UCKvRrG2RpHOw-k65ktloEQQ

Rafxsulfuslovestory

avatar
C'était la première fois que je faisais ça ^^ D'habitude je fais l'inverse mais le fait est que je suis très active sur Tumblr (un site anglais) et ce one shot m'est venu en anglais d'abord surtout qu'on m'avait demandé si je pouvais écrire une suite à cette scène so voilà ^^

Mon blog : http://rafxsulfuslovestory.tumblr.com/ 
C'est une très bonne façon d'améliorer son niveau en anglais Wink


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Rafxsulfuslovestory

avatar

Coucou ! Comment allez-vous ? Je suis contente de vous retrouver avec ce nouvel OS intitulé Astrold ou pas Astrold ! Il se passe après la saison 4 de Dragons : Par delà les rives comme tous les autres qui suivront d'ailleurs. Cependant, les prochains seront plus axés sur la relation intime qu'entretiennent Harold et Astrid.


Je peux d'ores et déjà vous confirmez que tous les OS que je posterai se suivront, pour votre plus grand plaisir ! (Oui vous pouvez le dire, Raf est de retour avec une nouvelle fic) Et en plus, après mon anniversaire, c'est à dire le 17 mai prochain, je serais officiellement en vacances ! Ce qui signifie plus de publications et surtout des publications régulières ! Pour vous tenir informés, je vous conseille de suivre mon blog sur Tumblr (où vous me trouverez avec mon pseudo) où je suis très active.


Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture ! En attente de vos avis !

xXx

Des semaines après la mort des frères Grimborn, les dragonniers vivaient des jours paisibles sur Beurk. L'abandon de la Rive des dragons ne s'était pas fait avec plaisir, loin de là, mais le volcan en éruption ne leur en avait pas vraiment laissé le choix. Donc ce fut plutôt avec regrets que la bande s'était trouvée contrainte de quitter sa base sur laquelle ils avaient vécu tant de choses.


– Ok tout le monde, prenez tout ce que vous pouvez sauver avant que la lave n'arrive jusqu'à vos huttes ! ordonna Harold.


Il était trop tard, la Rive était condamnée. Le bébé Eruptodon n'aurait pas pu contenir ce qui arrivait de toute façon. La situation était hors de contrôle.


Les dragonniers s'étaient alors précipités dans leurs huttes respectives pour récupérer leurs effets personnels. Rustik essayait de récupérer ses « S », les jumeaux s'apitoyaient sur la fosse aux bêtes tandis que Varek se chargeait de rassembler le maximum de livres et cartes contenant les informations de l'Œil de Dragon. Quand à Astrid, elle s'occupa de prendre les armes restées dans sa hutte.


Et il y avait Harold. Le jeune garçon s'était dirigé vers le pavillon commun pour se recueillir, suivi de près par Krokmou. Il scruta les lieux puis soupira. Le furie nocturne s'approcha de son ami et vint se frotter à lui dans une accolade affectueuse. Il émit un roucoulement plaintif. Le brun s'abaissa à son niveau en lui caressant la tête.


– A moi aussi cet endroit va me manquer mon grand.


Il se releva puis s'avança vers la table où les dragonniers et lui avaient pris l'habitude de se retrouver. Harold se remémora avec nostalgie les fous rires que la bande avait partagés, la bonne cuisine d'Ingrid et les compliments de Kranedur là-dessus. Mais il se rappela aussi les moments plus graves où l'entraide des adolescents avait été à son apogée comme après le « fiasco Viggo » par exemple. Cet endroit était vraiment chargé de souvenirs. C'était réellement une partie de leur vie qui s'était jouée sur cette île.


Une partie importante.


Le jeune homme se trouvait à présent devant les écuries. Un sourire se dessina sur son visage à la vue de celles-ci. C'était là qu'Astrid et lui s'étaient embrassés pour la première fois en tant que couple. C'était en cet endroit que leurs sentiments s'étaient finalement dévoilés. Ça avait pris du temps mais la cécité d'Astrid avait poussé Harold à sortir de sa zone de confort. Il avait eu tellement peur pour elle. Heureusement, son état s'était avéré temporaire.


– Est-ce que ça va ? demanda une voix derrière lui en posant une main sur son épaule.


Il se retourna, c'était Astrid, évidemment. Il lui adressa un sourire qu'il voulait rassurant.


– J'essaye juste de me rappeler des bons moments qu'on a passé ici tous ensemble… avoua-t-il dans un soupir.


Le furie nocturne se frotta à lui affectueusement. Son ami lui caressa la tête en souriant.


– C'est vrai qu'on a pas mal de souvenirs ici, acquiesça Astrid en prenant la main d'Harold.


L'adolescent se plaça alors devant elle et lui prit les mains à son tour. Leurs visages se rapprochèrent jusqu'à ce que leurs lèvres se retrouvent à quelques centimètres l'une de l'autre et que leurs fronts se touchent. Ils fermèrent les yeux et se sourirent mutuellement avant d'échanger un tendre baiser.


Après cela, ils avaient définitivement quitté la Rive.

Depuis, les adolescents étaient retournés à une vie de routine sur Beurk. Ils avaient repris leurs activités là où ils les avaient laissées avant de partir pour l'aventure du bout du monde, des mois auparavant. Rustik s'était remis à tester les armes du village tandis que les jumeaux avaient recommencé leurs activités loufoques qui consistaient à piéger les villageois au nom de Loki. Concernant les autres, Varek apprenait de nouveau l'histoire de Beurk aux plus jeunes habitants de l'île.

Harold, lui, se retrouvait au même point qu'il en était avant de partir pour le bout du monde. Il ne savait pas très bien ce qu'il voulait faire de sa vie. Bien sûr, il deviendrait chef tôt ou tard mais il ne voulait pas que sa vie se résume à cette fonction. Il avait envie d'autre chose. Il avait besoin d'autre chose. Harold avait besoin de liberté et continuer l'exploration du monde qui l'entourait semblait être une bonne option.

Astrid, quand à elle, avait délaissé son engagement dans la garde de Beurk pour lui préférer l'Académie dont elle s'occupait désormais. Elle avait en charge la formation de nouveaux dragonniers. La bande venait d'ailleurs régulièrement l'aider dans sa tâche dans le cadre de démonstrations de travail d'équipe ou pour l'enseignement de tactiques particulières.

– Tempête, lancer d'épines ! cria Astrid.

La dragonne vipère obéit instantanément à sa maîtresse qui sauta de son dos pour effectuer un saut périlleux sous les yeux ébahis des jeunes recrues. Elle atterrit finalement devant eux, se tenant droite, imperturbable.

– Voilà. C'est comme ça qu'on surprend son ennemi.

Elle marqua une pause.

– Un volontaire ?

Sa question n'attendait pas de réponse, elle avait fait cela seulement dans le but de les impressionner. De toute manière, ils n'eurent pas le temps de répondre car une voix s'éleva au-dessus de leurs têtes.

– Désolé du retard ! s'excusa le chef des dragonniers en se posant avec Krokmou dans l'enceinte de l'arène.

La blonde sourit à la vue de celui-ci.

– En fait, tu arrives juste à temps, dit-elle en portant une main à sa taille.

Harold afficha un sourire perplexe.

– En quoi puis-je vous aider gente dame ? finit-il par lui demander.

Elle donna un coup de tête sur le côté, désignant les dragons sauvages capturés plutôt par la bande pour les futurs dragonniers. Il sourit alors à Astrid, comprenant ce qu'elle attendait de lui. Le jeune homme s'approcha alors des reptiles.

– Quand on veut apprivoiser un dragon, la première chose à faire c'est établir un lien avec lui. Il faut qu'il ait confiance en vous, expliqua Harold en s'adressant au groupe.

Il s'avança vers un cauchemar monstrueux et approcha sa main de son museau lentement. Le dragon grogna quelque peu alors le chef des dragonniers détourna le regard tout en continuant ce qu'il était en train de faire. Finalement, il parvint à poser sa main sur la tête du reptile.

– Si vous réussissez à établir ce lien de confiance avec lui, même le plus irritable des dragons peut être dressé, assura-t-il en le caressant.

– C'est sur ce lien que j'ai envie de vous faire travaillez aujourd'hui, sourit Astrid, bienveillante. A vous de jouer maintenant.

C'était Harold qui l'avait conseillé sur l'attitude à adopter avec les nouvelles recrues. Il était convaincu qu'Astrid pouvait leur apprendre énormément mais pour ça, il ne fallait pas qu'elle les effraie dès le début. C'était la raison pour laquelle il lui avait demandé de ne pas être trop dure avec eux pour commencer. Elle pourrait se montrer plus exigeante ensuite.

– T'étais occupé à faire quoi ? demanda la blonde à son petit ami.

Il leva les yeux au ciel tout en se grattant l'arrière de la tête.

– Oh tu sais bien… je faisais quelques réglages sur des bricoles.

Il marqua une pause avant de reporter son attention sur la jeune femme. Il l'attrapa par les hanches et remonta ses mains le long de celles-ci pour venir lui caresser la taille.

– Pourquoi, je t'ai manqué ? lui susurra-t-il à l'oreille.

– En fait… oui, répondit-elle en se tournant vers lui.

Ils s'adressèrent un sourire avant de s'embrasser sans s'occuper des adolescents qui étaient partis à la rencontre des dragons. Leur fausse toux générale finit néanmoins par faire revenir le nouveau couple à la réalité. Ils se détachèrent l'un de l'autre, essayant de rassembler le peu de sérieux qu'il leur restait. Astrid se racla la gorge avant d'annoncer :

– Bien, maintenant que vous vous êtes rapproché d'eux, il va falloir que vous choisissiez votre dragon et que lui aussi vous choisisse.

– Et comment on saura s'il nous a choisi ? demanda l'une des recrues.

La jeune viking se tourna alors vers son ami unijambiste, lui adressant un regard complice.

– Il essaiera de te tuer, répondit-elle calmement.

– Ah… C'est rassurant dis-donc… intervint un autre.

– Allez, on y va ! ordonna la belle Hofferson.

Elle déposa un doux baiser au coin des lèvres du jeune garçon avant de partir pour les rejoindre. Harold la regarda alors s'éloigner, souriant bêtement. Voyant qu'il ne se joignait pas à elle, celle-ci revint lui prendre la main.

– Tu viens ? l'interrogea-t-elle.

Le fils du chef reprit peu à peu ses esprits. Il avait vraiment du mal à la suivre parfois.

– Oui, bien sûr.

Ils se mirent en route avec leur jeunes pour les accompagner jusqu'à des lieux plus propices aux apprentissages qu'ils proposaient. Rustik arriva soudainement sur le dos de Krochefer en prenant soin de saluer les deux tourtereaux :

– Wow on dirait qu'Astrold est de sortie !

– Arrête de nous appeler comme ça Rustik…

– Quoi ? Vous êtes toujours ensemble tous les deux, pas vrai ? Y'a plus de Harold sans Astrid depuis que... enfin vous savez.

– Et donc ? requit la blonde.

– Bah on finit par vous confondre. Donc c'est plus simple de vous appeler Astrold.

Astrid pesta furieusement. Harold posa une main sur son épaule puis s'adressa à Rustik.

– Bon je crois qu'on a saisi là.

– Le prenez pas mal Astrold... C'est juste que–

– Rustik, ça suffit, le coupa Harold.

Mais la blonde était déjà repartie en direction du groupe de nouveaux arrivants.

– Bonne chance avec ça, rigola le viking causeur de troubles.

Harold soupira et s'empressa de rattraper sa petite amie qui marchait d'un pas décidé. Quand il arriva à sa hauteur, il posa de nouveau sa main sur son épaule en signe de réconfort.

– Hey, ça va aller ? lui demanda-t-il, inquiet.

La jeune femme lui adressa un semblant de sourire avant de se stopper net.

– Ouais, t'en fais pas. Et tu peux me laisser avec eux si tu veux, je peux me débrouiller toute seule.

– T'es sûre ?

Celle-ci hocha alors la tête positivement.

– Ok… On se voit plus tard alors ?

– Ouais. A plus tard, Harold.

La blonde partit alors rejoindre le petit groupe d'ados qu'elle avait à charge, laissant un Harold abasourdi. En effet, le jeune garçon avait du mal à la cerner. Il ne comprenait pas pourquoi elle semblait porter autant d'importance à la remarque du Jorgenson. A vrai dire, il n'avait jamais porté la même attention qu'elle à ce que pouvait penser les autres d'eux. En tant qu'hériter au trône de Beurk, Harold Haddock troisième du nom avait toujours été au centre de l'attention du village. Après toutes ces années de moqueries -bien qu'elles n'étaient plus d'actualité-, il avait finit par devenir indifférent au regard d'autrui. Ce qui n'était pas le cas de la belle Hofferson. Contrairement à Harold, elle avait toujours été placée sur une sorte de piédestal qui lui conférait ses attributs de viking idéale ; athlétique et téméraire. C'était parce qu'elle était considérée que, de son côté, la jeune fille se souciait de ce que les autres pouvaient penser d'elle. En effet, cela dérangeait Astrid que le fait d'être en couple avec son meilleur ami la définisse aux yeux des gens. Elle ne voulait pas qu'on les confonde. Car oui, elle était avant tout Astrid sans-peur Hofferson, une guerrière et un dragonnier. Une chose était sûre, les adolescents n'avaient pas la même vision des choses sur cette question précise. Le tout était maintenant de savoir comment ils allaient se débrouiller avec ce léger problème.

Harold regarda la jeune fille s'éloigner avant d'intimer à Krokmou de le suivre. Il déambula alors dans le village aux côtés de son ami jusqu'à ce que ses pieds le mènent jusqu'à la forge.

– Salut Gueulfor ! s'exclama le jeune garçon.

– Harold ? T'avais pas un cours à donner à l'académie ?

– Oh si si mais euh… j'ai fini donc… Je suis venu te donner un coup de main ! lui assura le brun.

Son ancien précepteur plissa les yeux, pas très convaincu par les propos du jeune homme mais finit par l'attribuer à une tâche.

– Hmm, tu peux t'occuper des selles dans le coin là… Oui là. Y en a certaines qui sont déjà dessinées et y en a d'autres qui demandent qu'à d'être découpées ! Tu vas t'en sortir ?

– Aucun problème Gueulfor, je m'en occupe, sourit le fils du chef, les bras surchargés.

Il s'affaira alors à son activité rapidement comme pour oublier ses problèmes récents. Les deux hommes ne s'adressèrent pas un mot pendant près d'une heure avant que le forgeron ne décide finalement de rompre le silence.

– Alors… comment qu'ça s'est passé à l'entraînement ?

– Je suis arrivé en retard…

– Ouh… Astrid était pas trop en colère ?

Harold émit un petit rire.

– Même pas.

– Ça a l'air d'bien fonctionner vous deux…

– Ouais, fin… si on veut… marmonna le jeune garçon.

Mais le forgeron ne prêta pas attention à cette dernière remarque.

– T'en as parlé à ton père ?


Mes dieux non ! fut la première pensée d'Harold. Dialoguer avec son père n'avait jamais été une de ses activités favorites et en particulier lorsqu'il s'agissait d'aborder des sujets de ce type. Il resta interdit devant Gueulfor.

– Euh… Bien c'est-à-dire que…

– Harold…

– Quoi ?

– Hum, tu sais très bien où j'veux en venir, répondit le bras droit du chef en plissant les yeux une nouvelle fois.

– Ouais, ouais… soupira le jeune homme.

Gueulfor adressa un regard insistant à l'adolescent qui lui répondit en levant les yeux au ciel. Le forgeron rit de bon cœur. Cela n'empêcha pas Harold de rester aider son ancien instructeur le restant de l'après-midi. Malgré tout, ces deux là aimaient passer du temps ensemble.

Le soir venu, Harold rentra chez lui. Astrid n'était pas passé le voir à la forge alors il en avait déduit qu'elle ne voulait pas le revoir pour l'instant. Le seuil de la porte franchi, il avait l'intention de monter dans sa chambre directement sans manger mais c'était sans compter la nature dragonesque de son meilleur ami dont la discrétion n'était pas le point fort.

– Ah ! Harold, tu es rentré ! s'exclama Stoïk.

– Aha ouais, on dirait bien… répondit-il sans conviction, adressant un regard lourd de reproches en direction du furie nocturne.

– Astrid est passée à la maison toute à l'heure, elle te cherchait, révéla tout d'un coup son père.

Le jeune homme releva la tête, surpris.

– Et qu'est-ce que t'as… ?

– J'ai dit que je ne savais pas où tu étais parce que… Je ne savais pas où tu étais !

– Ah…

– Elle avait l'air contrariée. Il s'est passé quelque chose entre vous deux ?

– Non, enfin pas vraiment…

– T'essaierais pas de me cacher quelque chose par hasard ?

– Quoi ? Non ! Pas du tout… dit-il en ravalant sa salive, gêné.

– Hum ? renchérit Stoïk avec un regard insistant.

Le chef s'impatientait alors Harold baissa la tête, vaincu, se résolvant à tout lui dire.

– Ok… souffla le brun.

Il releva la tête en direction de son père.

– Et bien le truc en fait c'est que…

– Oui ? l'encouragea Stoïk.

Le jeune garçon prit alors une profonde inspiration.

– Voilà, Astrid et moi, on–

D'un seul coup, la porte s'ouvrit en grand sur Gueulfor qui se précipita vers le chef de Beurk.

– Stoïk ! Y'a un des oncles de Sven qu'est en train de se battre avec le fils Geirson dans la Grande salle et c'est pas beau à voir ! Le village a déjà pris parti… Tu ferais mieux d'aller y jeter un coup d'œil si tu veux mon avis !

– Merci de m'avoir prévenu Gueulfor. Tu vois quel genre de conflit tu auras en charge bientôt, Fils ? se réjouit Stoïk en s'adressant à celui qu'il voyait déjà comme son successeur présumé. On discutera plus tard, j'y vais.

Il partit alors en direction du Grand Hall, laissant Gueulfor tout seul avec Harold.

– Alors tu lui as dit ?

Il tourna la tête brusquement vers le forgeron.

– Et bien, figure-toi que j'étais sur le point de le faire Gueulfor. Enfin, avant que t'arrives…

– C'est pas bien grave, tu trouveras un autre moment pour lui en parler ! Allez, je te laisse, je vais aller lui donner un coup de main !

Le chef des dragonniers regarda Gueulfor s'éloigner en soupirant. Krokmou émit un roucoulement moqueur à l'égard de son ami qui lui fit les gros yeux.

– Allez, c'est ça moque toi ! On va se coucher mon grand. Demain est un autre jour.

Le jour suivant, il devait réitérer les entraînements avec Astrid. Il espérait que cette fois-ci, l'expérience serait différente et que les autres ne les embêteraient plus. En particulier aujourd'hui car là, ce n'était pas seulement eux mais toute la bande qui participait. Harold se débrouilla pour arriver à l'heure cette fois. Il arriva même pile à l'heure. Varek et Rustik étaient déjà présents mais tous les jeunes n'étaient pas encore arrivés. Il se dirigea vers Astrid qui sourit à son approche. Il l'embrassa furtivement sur les lèvres pour lui dire bonjour mais celle-ci intensifia le baiser comme pour se faire pardonner de sa conduite de la veille. Le jeune garçon se laissa aller à ce geste passionné avant de se faire rattraper par la réalité… Varek se mit à tousser avec insistance. Le jeune couple se sépara alors, gênés.

– Astrold… toussa Rustik à l'intention de son ami.

Harold le regarda noir tandis que Varek se demandait ce qui se passait. Les jumeaux arrivèrent peu de temps après cet incident et les recrues furent bientôt au complet.

– Bon, aujourd'hui : travail d'équipe, annonça la blonde. Je veux que vous mettiez en pratique le lien que vous avez établi avec votre dragon hier. Mais avant ça, on va vous montrer le genre de choses que vous pourrez faire avec votre dragon une fois que vous serez devenus très proches.

Elle lança un regard en direction d'Harold qui grimpa aussitôt très haut dans le ciel pour faire sa démonstration. Les jeunes adolescents levèrent tous la tête, admirant le dragonnier et son furie nocturne s'élever dans le ciel bien qu'ils les aperçoivent à peine.

– Rangez-vous sur les bords de l'arène ! ordonna Astrid.

Le futur chef de Beurk refit bientôt son apparition mais il n'était plus sur son dragon. Il descendait en piqué vers le sol dur de l'Académie tandis que le furie nocturne le suivait de près pour pouvoir le réceptionner. Sa petite amie surveillait leur vol avec attention, de peur qu'il n'arrive quelque chose à Harold. Les deux amis se rapprochèrent de plus en plus vite du sol alors Krokmou se redressa dans le but d'attraper son meilleur ami mais à l'approche du sol, son attention se tourna subitement vers Tempête qui s'inquiétait également de cette figure périlleuse. En effet, la dragonne d'Astrid observait leur chute avec anxiété ce qui déconcentra le furie nocturne l'espace d'un court instant qui fut néanmoins assez long pour faire frémir Harold dont l'arrivée était imminente.

– Krokmou ! s'écria le jeune garçon.

Prise de panique, Astrid s'élança au milieu de l'académie pour réceptionner le jeune garçon.

– Harold, attention ! cria-t-elle.

– Astrid !

Il s'écrasa alors dans les bras de sa petite amie qu'il fit tomber à la renverse, s'étalant de tout son long sur elle. Le furie nocturne réussit à se reprendre à temps pour ne pas tomber brutalement sur le sol mais il était déjà trop tard. Les apprentis portèrent tous leur main à leur bouche pour étouffer un cri. La bande accourut vers Harold et Astrid.

– Astrid, je suis désolée ! Est-ce que ça va ? demanda le fils du chef en l'aidant à se relever.

La dirigeante de l'Académie se tenait la tête avec peine.

– Oui, oui ça va… souffla-t-elle sans conviction.

Puis, relevant la tête vers Harold :

– Mais qu'est-ce qu'il lui a pris ? demanda-t-elle.

– Je crois que Krokmou s'est fait déconcentrer par Tempête, expliqua Varek.

– Si les dragons s'y mettent aussi on n'a pas fini, pouffa Rustik.

Astrid se renfrogna avant de s'avancer vers sa dragonne qui était en train de lécher l'aile de Krokmou. Harold la suivit.

– On a loupé quelque chose ? intervint Kognedur.

– Si vous saviez… émit le Jorgenson.

Harold caressa Krokmou avant de vérifier qu'il n'avait rien de cassé.

– Bah alors, qu'est-ce qui t'as pris mon grand ? s'étonna le jeune viking.

– Harold, Rustik a raison. Nos dragons se sont beaucoup rapprochés depuis quelques temps et ce n'est pas bon pour les entraînements.

– Enfin Astrid, tu crois pas que t'exagères un peu là ? Tout ça c'est nouveau pour eux aussi !

– Harold, je crois que tu t'rends pas compte… Ça aurait vraiment pu tourner mal tout à l'heure ! Si je n'avais pas été là…

– Mais je vais bien, dit-il en posant ses mains sur les épaules d'Astrid.

Cependant, celle-ci les retira avant d'ajouter :

– En tous cas, pour vous, c'est fini pour aujourd'hui.

– Mais Astrid–

– Allez ! Et prends Krokmou avec toi.

Le jeune homme se trouva contraint de quitter l'entraînement sans pouvoir opposer quoi que ce soit. Il partit, l'air triste, sommant à Krokmou de le suivre.

– Très bien. On s'en va. Viens Krokmou.

Astrid se mordit la lèvre en détournant le regard. La bande quand à elle, regarda le duo s'éloigner quelque peu déconcertée. Kranedur tourna alors la tête vers Astrid avant de reporter son attention sur le départ d'Harold et Krokmou.

– C'est moi ou il se passe un truc entre ces deux-là ? demanda-t-il.

Sa jumelle souffla tandis que Rustik éclata de rire. Varek le pria aussitôt de fermer sa grande bouche.

Le reste de la séance se passa plutôt bien si on mettait de côté les quelques sous-entendus du Jorgenson qu'Astrid s'était empressé de faire taire. Quand tout le monde fut parti, Harold vint retrouver son amie à la fin du cours.

– Astrid, on peut parler hein ?

– J'ai encore beaucoup de choses à faire Harold, alors… laisse-moi seule s'il-te-plait.

Le jeune homme était décidément de plus en plus surpris par le comportement de sa partenaire. Il obéit néanmoins et se dirigea hors de l'arène, le regard abattu. Il sortit et partit vers le Grand Hall, il s'assit sur les marches menant à celui-ci. Harold prit sa tête dans ses mains et pensa. Il pensa à Astrid, à ce qu'allait devenir cette relation dont la tournure récente leur était apparue si évidente pourtant. Elle ne semblait plus être sur la même longueur d'onde que lui. Il ne savait plus ce qu'il devait faire.

Soudain, il sentit une main venir se poser sur son épaule. Il se retourna ; c'était son père.

– Est-ce que tu vas finir par me dire ce qui se passe, Fils ? dit-il en s'asseyant à côté de lui.

Le garçon souffla tout en regardant ses pieds, enfin son pied.

– C'est Astrid.

– Ah nous y voilà.

– On s'est fâché.

– Hum, je vois… Mais tu sais Fils, personne n'a dit que les relations amoureuses étaient une chose facile.

Harold releva alors brusquement la tête vers son père.

– Qu– Quoi ? Tu veux dire que tu savais ?

Stoïck acquiesça, l'air de rien tandis que son fils demeurait stupéfié.

– Ces choses-là se sentent, Fils. J'attendais seulement que tu viennes m'en parler toi-même.

Le brun passa une main dans ses cheveux en émettant un semblant de rire, l'air embarrassé.

– Enfin, revenons à ton problème. Est-ce que tu as essayé de lui parler ?

– Oui, bien sûr ! Mais elle refuse toute discussion !

– Aha ta mère était pareil…

– Ah oui ?

– Mais tu sais ce qui marche dans ces cas-là ?

– Non ?

– Le rentre-dedans ! Il faut la mettre face à ses problèmes. Sinon tu n'en tireras rien du tout. C'est comme ça que je faisais avec ta mère.

– Aha t'as sûrement raison… Merci Papa, répondit le jeune garçon en prenant brièvement son père dans les bras.

Il lui sourit et partit sur le dos de Krokmou, bien décidé à faire quelque chose. Il n'allait pas laisser les choses se faire, il allait agir.

Il trouva Astrid à la sortie de l'Académie et demanda à Krokmou de l'attraper par surprise. Celle-ci émit un cri de frayeur avant de comprendre qu'il s'agissait d'Harold et Krokmou.

– Harold ! Repose-moi tout de suite ! s'écria-t-elle.

– Non, il en est hors de question.

Ils volèrent jusqu'à un coin éloigné du centre de village pour pouvoir discuter tranquillement. Krokmou finit par atterrir tout en faisant attention à déposer Astrid sur le sol en douceur. Elle administra un violent coup de poing dans l'épaule d'Harold.

– Ça c'est pour m'avoir kidnappé !

– Ok, je l'avais peut être mérité celle-là… Mais toujours est-il qu'il faut qu'on parle Astrid.

– De quoi tu veux qu'on parle ? dit-elle en lui tournant le dos.

– Oh allez Astrid, tu le sais très bien ! Je sais que tu me cherchais hier soir.

Elle tourna la tête vers son petit ami.

– J'étais à la forge. Je cherchais pas à t'éviter mais toi en revanche… poursuivit le jeune homme.

– Quoi ?

– Bah j'sais pas… Depuis cette histoire avec Rustik, j'ai l'impression que tu m'évites !

– Non, pas du tout…

– Ah non ? Et ce matin alors ?

La jeune fille se mordit la lèvre. Harold se rapprocha d'elle pour lui prendre les mains.

– Astrid… Tu sais que tu peux tout me dire, déclara-t-il en la regardant droit dans les yeux.

– Oui, t'as raison. Harold, je suis désolée. C'est juste qu'ils m'énervent, tous, à parler de nous plus qu'en tant que couple et plus en tant que personnes distinctes ! J'ai besoin d'être reconnue pour ce que je suis. Je ne veux pas que le fait d'être ensemble nous définisse aux yeux des autres, tu vois ?


C'était donc ça, pensa-t-il. Il sourit en pressant sa main.

– Bien sûr, je comprends.

Il marqua une pause.

– Tu te souviens quand on était à la recherche de nos dragons dans la forêt sur la Rive, tous les deux, après la tempête ?

– Oui ?

– Tu te souviens de ce que je t'ai dit à ce moment là ?

– Bien sûr, tu as dit qu'il y aurait "toujours dans ce monde Astrid plus Harold".

Il posa ses mains sur ses épaules.

– C'est ça, il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold, insista-t-il en caressant sa joue droite. On est une équipe. Il n'est pas question qu'on nous confonde car il y a bel et bien deux personnes qui forment cette équipe ! Tu es avant tout Astrid Hofferson et moi Harold Haddock.

Celle-ci sourit avant de prendre son ami dans les bras.

– Et puis, souffla Harold, on pourrait peut être envisager de passer plus de temps ensemble, rien que tous les deux, plutôt que de nous exposer devant les autres. Qu'est-ce que t'en dis ?

– J'en dis que c'est une très bonne idée Harold, merci, souffla la blonde en le serrant plus fort contre elle.

Quand ils s'écartèrent, Astrid saisit Harold par le col.

– Oh et une dernière chose…

Elle l'attira à elle avant de planter un baiser sur ses lèvres fines.

– Ça c'est pour tout le reste.



Dernière édition par Rafxsulfuslovestory le Mer 3 Mai 2017 - 16:58, édité 2 fois


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Charlotte71012

avatar
Whouaa j'adore ta fic ! Razz  Elle est très bien écrite et réaliste. ^^ J'imagine bien une suite comme ça dans la saison 5 dans un épisode Hiccstrid. ^^ C'est vrai que comme leur relation est nouvelle, il se pourrai qu'il y ait des petites embrouilles de ce genre et après tout repart comme avant. Razz 
Enfin bref, continue comme ça, t'as raison, fais des fanfic plus longue ! Wink J'adore tes fic Hiccstrid ! ^^ Very Happy Razz


_______________________________________________




lol!lol!lol!

Rafxsulfuslovestory

avatar
Merci beaucoup Charlotte ! Je suis heureuse d'entendre quelqu'un qui pense comme moi !
Aha merci tu as lu les autres aussi ? Smile


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Charlotte71012

avatar
L'autre tu veux dire ? J'en ai vu que deux dans cette collection. Neutral


_______________________________________________




lol!lol!lol!

Charlotte71012

avatar
Parcontre si tu parle des fic que t'as fais sur fanfiction.net oui je les ai lu et je les adore aussi. Razz

Rafxsulfuslovestory

avatar
Oui c'est de mes autres fics que je parlais ^^ Merci beaucoup !


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Rafxsulfuslovestory

avatar
By your side




La chaleur dans la forge était pesante. Respirer. Souffler. Transpirer. S'essuyer le front. Souffler encore puis reprendre la tâche entreprise. Il fait vraiment chaud pensa le jeune garçon qui se résigna finalement à retirer son haut pour se retrouver torse nu. Il pouvait se le permettre en même temps il était seul.

Harold n'était plus habitué à travailler ici. Il avait délaissé ce genre d'activités au profit de la guerre qu'il avait mené contre Viggo. Mais maintenant que celui-ci était hors-course, le jeune viking avait décidé de se faire plaisir en laissant germer dans son esprit toutes les idées les plus folles qui pourraient améliorer sa vie et celle des beurkiens. Il était actuellement en train de travailler sur une nouvelle jambe qu'il pourrait utiliser pour diriger l'aileron de Krokmou.

– Salut, prononça une voix dans son dos.

Il sursauta avant de se retourner et découvrir qu'il s'agissait d'Astrid. Il se gratta l'arrière de la tête, gêné. La blonde rougit légèrement à la vue de son torse.

– Excuse-moi Harold, je ne voulais pas te déranger. Je crois que je vais y aller…

– Non ! Astrid, attends. Reste, murmura-t-il en lui prenant les mains, souriant.

Elle lui sourit en retour en posant sa tête sur son épaule, l'entourant de ses bras.

– Alors… Qu'est-ce que tu fais de beau ? demanda-t-elle en embrassant son omoplate.

Le jeune garçon fut alors pris d'excitation à l'idée de lui présenter sa toute nouvelle invention.

– Aha tu vas adorer !

Il saisit l'objet en question et lui fit une démonstration.

– C'est une nouvelle jambe. Je vais pouvoir l'utiliser pour diriger l'aileron de Krokmou. Et regarde, elle est rétractable ! Comme ça, je peux revenir à une jambe adaptée pour la marche. Pratique hein ?

– C'est génial !

– Et je me disais qu'on pourrait aller l'essayer sur une île voisine. On pourrait aussi en profiter pour travailler sur la relation entre nos dragons, qu'est-ce que t'en penses ? sourit-il.

Elle déposa un baiser sur sa joue avant de le serrer plus fort contre elle.

– Je pense que c'est une très bonne idée, Harold.

– Ok faisons ça. Mais avant… Je vais aller chercher quelque chose à me mettre sur le dos.

– Oh oui ! Vas-y. Je vais t'attendre dehors avec Tempête, répondit Astrid, un peu confuse.

Elle sortit alors, le rouge aux joues, retrouver sa dragonne.

C'était la première fois qu'Astrid voyait son petit ami sans rien sur le dos. Et c'était une drôle de sensation à vrai dire. Elle se trouvait d'ailleurs un peu bête de réagir comme ça. Ce n'était qu'un corps à moitié dénudé après tout. C'est pas comme s'il était… La jeune fille secoua la tête pour chasser cette pensée de son esprit.

– Je suis prêt ! On va pouvoir y aller, annonça Harold en arrivant de nulle part.

Cela ne manqua pas de faire sursauter Astrid, surprise par cette arrivée soudaine. Elle faillit tomber mais se rattrapa, rouge de honte.

– Astrid ! T'es sûre que ça va ? demanda le brun.

– Aha ouais, ça va ! Allons essayer cette jambe !

– Ok…

C'était à son tour de trouver sa copine étrange. Elle agissait vraiment bizarrement mais peu importait, il était trop enthousiaste à l'idée de tester sa nouvelle invention pour y prêter attention. Ils partirent alors et atteignirent rapidement l'île voisine. Harold paraissait un peu trop sûr de lui du point de vue d'Astrid. Il descendit de son dragon tout excité et commença à sourire comme un petit garçon. La jeune fille secoua la tête, désapprouvant son attitude. Il releva la tête.

– Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

La blonde retint un rire.

– Rien.

Le jeune homme plissa alors les yeux, souriant à moitié, sachant pertinemment qu'Astrid était en train de se moquer de lui mais il s'en fichait. Il savait que ce qu'il venait d'inventer était brillant. Elle le féliciterait le moment venu, en attendant, il allait tenter de lui prouver qu'il avait raison.

– Ok... alors, dit Harold en s'accroupissant.

Il saisit sa nouvelle jambe après avoir retirer l'ancienne.

– Commençons par là… Je mets ça comme ça et… ouais voilà, on y est. Tadaa ! Qu'est-ce que t'en dis ?

– Hum, on va voir si cette chose marche d'abord…

Harold souffla avant de se placer sur le dos de Krokmou, bien décidé à prouver à Astrid qu'elle se trompait. Il intima à son dragon de décoller.

– Vas-y mon grand, c'est le moment de montrer ce que t'as dans le ventre ! s'exclama le jeune garçon.

Il le fit prendre de la vitesse avant de le faire brutalement virer à gauche sous le regard peu rassuré de sa petite amie. Heureusement, celui-ci parvint à activer le mécanisme du membre artificiel de son dragon juste à temps. Il avait réussi.

– Tu l'as fait Harold ! Tu l'as fait ! hurla de joie Astrid en levant son poing en l'air avant de se tourner vers sa dragonne. Ils l'ont fait Tempête ! Ils l'ont fait !

La jeune fille était plus que fière. De loin, son héros la regardait amoureusement, le sourire jusqu'aux oreilles. C'était la première fois de sa vie qu'il était parvenu à la rendre fière de l'une de ses inventions. Et ça le rendait vraiment heureux.

Alors, dans son élan, il poursuivit son essai fou au-dessus d'une mer déchaînée. En effet, le ciel commençait à s'assombrir et le vent soufflait à vive allure. Mais ce brusque changement de météo n'intimida pas le jeune garçon. Au contraire, c'eût plutôt comme effet de redoubler sa motivation. La blonde leva la tête vers le duo tout en rassurant son amie aux écailles bleues.

– Tu vois ma belle, tout se passe très bien pour eux, sourit-elle.

Mais à l'instant même où elle acheva sa phrase, le tonnerre gronda. Quelques secondes plus tard, un éclair gigantesque éclata en prenant possession du ciel. Déstabilisé, Harold perdit le contrôle de sa jambe qui ne voulait plus se rétracter correctement.

– Krokmou ! hurla Harold.

Le dragon émit un grognement plaintif, impuissant.

– Allez mon grand ! Encore un petit effort ! Il faut qu'on atteigne la rive !

Voler au-dessus de l'océan, mais quelle idée brillante Harold ! pensa-t-il en voyant qu'il se rapprochait dangereusement de l'eau.

Tempête n'eut pas à se le faire dire deux fois, Astrid sur son dos, elle s'élança à toute vitesse pour rattraper Krokmou et son cavalier. Elle parvint alors à l'attraper en pleine chute en se jetant littéralement sur lui afin de le ramener sur le sable. Cependant, dans son acrobatie, elle ne s'occupa pas vraiment des deux dragonniers dont elle devait également s'occuper. Si bien que, dans sa chute, elle entraîna celle d'Harold qui tomba de son dragon pour se retrouver dans une eau gelée.

Astrid, quand à elle, avait été projetée en avant sur la plage par le sauvetage improvisée de son dragon vipère. Elle se releva, accourant vers les dragons en cherchant Harold du regard. Cependant, il n'était pas avec eux.

– Oh non… Harold ! s'exclama-t-elle quand elle comprit que celui-ci avait dû tomber dans les eaux rendues furieuses par l'orage.

Astrid courut alors vers la mer et plongea dans une eau gelée pour récupérer le jeune inconscient. Elle nagea jusqu'à lui avant de le remonter à la surface. Elle reprit sa respiration et le traîna jusqu'à la plage où elle l'allongea avant de se mettre à le secouer pour qu'il reprenne conscience.

– Harold ! cria-t-elle.

Il finit par recracher l'eau qu'il avait ingurgitée en toussant. Astrid le prit alors dans ses bras en poussant un soupir de soulagement, le serrant de toutes ses forces. Harold lui souffla alors quelque chose d'à peine audible avant de laisser tomber sa tête sur son épaule.

– J'ai eu tellement peur… murmura Astrid d'une voix tremblante.

Le brun lui caressa les cheveux avant de lui chuchoter « Je sais » à l'oreille. Astrid prit alors sa tête entre ses mains pour le regarder droit dans les yeux.

– Ne me refais plus jamais ça, articula-t-elle d'une voix plus que sérieuse.

Ils avaient failli se perdre trop de fois tous les deux. Maintenant que les chasseurs de dragons étaient de l'histoire ancienne, Astrid n'avait pas envie que ça recommence. Et ça, Harold l'avait très bien compris. Ils n'avaient pas besoin de se parler, il suffisait d'un regard pour que ces deux-là se comprennent.

– Bon maintenant, rentrons, suggéra la blonde.

Ils se tournèrent alors dans la direction de leurs dragons, les approchant afin de les rassurer avant de décoller. Mais Harold fit une grimace lorsqu'il arriva aux côtés de Krokmou.

– Euh Astrid… Je crois qu'on va avoir un petit problème…

Elle n'eut pas le temps de s'occuper de sa dragonne qu'elle tournait déjà la tête vers son petit ami.

– Qu'est-ce qu'il y a ?

Il présenta alors l'aileron du furie nocturne, complètement déchiré.

– Son aileron est cassé, on va pas pouvoir voler comme ça…

– C'est pas grave, Tempête va prendre Krokmou entre ses pattes et nous sur son dos. Elle est assez forte pour ça, t'inquiète Harold.

Mais l'adolescent affichait une tête qui ne semblait pas d'avis avec la jolie blonde.

– En fait, je pense que ça va pas être possible Astrid…

Elle se tourna alors vers la dragonne vipère qui se léchait l'aile droite avec difficulté, celle-ci lui étant visiblement douloureuse. La jeune viking accourut alors vers elle avant de la caresser doucement.

– Qu'est-ce que c'est ma belle ? C'est ton aile qui te fait mal ?

– Je pense qu'elle a dû se la casser en voulant nous réceptionner, Krokmou et moi, tout à l'heure.

– Génial ! Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?

Au moment où elle prononça ces mots, une trombe d'eau se mit à tomber sur leurs têtes déjà bien mouillées.

– On pourrait peut-être commencer par s'occuper de ça ? indiqua Harold en pointant l'averse du doigt.

Astrid sourit avant de le suivre dans la recherche d'un endroit pour s'abriter. Il lui prit la main et ils coururent à toute vitesse à travers les gouttes de pluie. Cependant il se stoppa net avant de se retourner vers sa petite amie. Les dragons, quand à eux, poursuivirent leur course en direction d'une grotte cachée dans la végétation de l'île. Harold les regarda s'éloigner tandis que la jeune viking se demandait ce qu'il attendait pour les suivre.

– Ok Harold, je te comprends pas, on est au beau milieu d'une tempête et toi tu veux t'arrêter et sentir la pluie ?

Il saisit alors la jeune fille par la taille en l'attirant à lui et lui planta un baiser affirmé sur les lèvres. Surprise par cet acte inattendu, elle ne répondit pas tout de suite au baiser. Mais comme le brun se montrait insistant, elle se laissa aller à cette embrassade passionnelle. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, il la prit dans ses bras en approchant sa tête de son oreille, sa main se posa sur sa chevelure blonde.

– Je crois que tu ne m'as pas bien entendu tout à l'heure mais je voulais te dire merci… Merci de m'avoir sauvé, dit-il sincèrement.

Il la serra plus fort contre lui, elle sourit. Il saisit sa main et la fit tourner sur elle-même, une pluie battante les accompagnant dans chacun de leurs pas. Les deux adolescents riaient aux éclats, dansant sous la pluie, trempés jusqu'aux os mais ils s'en fichaient. Ils tournaient, tournaient, tournaient à en perdre la tête. Et ils la firent tourner, leur tête. Ils tombèrent dans un fou rire sur le sable humide de la plage en se regardant sans se voir tellement leur tournis faisait bouger le décor autour d'eux. Harold approcha son nez de celui d'Astrid en le frottant doucement contre le sien. Il ferma les yeux et ils échangèrent un baiser mouillé. Ils finirent par se relever, un peu engourdis mais néanmoins stables. Les dragonniers arrivèrent à la grotte trempés mais ils ne regrettaient de s'être laissé aller à ce petit brin de folie. Au contraire, depuis qu'ils formaient un couple, Harold et Astrid essayaient de passer le maximum de temps ensemble. Ils voulaient vivre chaque instant comme si c'était le dernier pour profiter de la vie à fond. A vrai dire, ils suivaient un proverbe latin dont ils ne pouvaient même pas connaître l'existence…

Carpe diem.

Autrement dit Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain. Quelle belle expression. Et Harold et Astrid l'incarnaient à la perfection. Après tout ce qu'ils avaient surmonté ensemble, on pouvait aussi comprendre leur vision de la vie. Ils savaient très bien que chaque instant qu'ils avaient passé à combattre Viggo et les chasseurs de dragons, ils l'avaient risqué. C'était la raison pour laquelle, maintenant que tout ça était derrière eux, ils avaient envie de profiter d'eux.

– T'es complètement malade, rigola Astrid quand ils atteignirent la grotte.

Ils se mirent à rire devant leurs dragons qui, décidément, ne comprenaient vraiment rien à la situation. Harold fut alors pris d'une toux qu'il ne parvenait pas à arrêter. Au début, Astrid pensa que c'était parce qu'ils ne faisaient que de rigoler depuis tout à l'heure mais elle comprit assez rapidement qu'il ne s'agissait pas de ça.

– Harold ?

Elle le prit dans ses bras et tenta de l'aider à stopper sa toux incontrôlable. Il se calma un peu mais il continua à tousser encore quelques minutes avant de redevenir à peu près tranquille. Il frissonna. La blonde toucha son front et, sentant la chaleur de celui-ci, l'enveloppa davantage de ses bras pour le réchauffer.

– Ça va aller Harold, je vais bien m'occuper de toi, ok ?

Mais celui-ci avait tellement froid qu'aucun son ne sortit de sa bouche. Il hocha la tête à la place.

La jeune fille se remémora alors les moments où c'était elle qui s'était trouvée à sa place. Elle se rappela la fois où elle avait elle-même failli se noyer et qu'Harold était arrivé juste à temps pour la sauver. Elle avait eu de la chance ce jour là, beaucoup de chance. Elle se rappela bien sûr la perte de sa vue qui avait eu lieue récemment. Elle avait eu si peur. Heureusement, Harold avait été là pour la soutenir et elle avait fini par retrouver la vue. Puis elle se souvint du fléau d'Odin. Le jeune garçon s'était si bien occupé d'elle pendant ces deux longs mois. Elle avait failli y rester. S'il n'avait pas été là, elle ne serait sans doute plus là pour y penser… Harold était vraiment un ami attentionné. Elle avait vraiment de la chance de l'avoir.

Astrid se pencha sur le front du bel endormi pour l'embrasser.

– C'est à mon tour de prendre soin de toi.




– Je vais bien, sourit la jeune fille avant de violemment se mettre à tousser.


Harold la soutenait du mieux qu'il pouvait mais sa toux ne cessait pas. Il finit par faire sortir les autres de la pièce avant de rallonger Astrid sur son lit.


– T'inquiète pas pour moi, je te dis que ça va, protesta la blonde.


Il posa alors ses mains sur ses épaules.


– Non Astrid, ça ne va pas.


Elle baissa les yeux, honteuse.


– Enfin Astrid… Pourquoi tu ne m'as rien dit ?


Hésitante, elle se résolut finalement à relever la tête pour lui faire face.


– Je ne voulais pas que tu t'inquiètes, répondit-elle sincèrement.


Il l'aida à s'allonger (elle était déjà à bout de force). Il rabattit la couverture sur elle.


– Si tu me l'avais dit avant, on aurait eu plus de temps pour chercher ce Buffleroi !


Elle commençait à s'assoupir mais murmura avant de s'endormir :


– Je suis condamnée Harold, il va falloir que tu t'y fasses…



Il lui prit alors la main, les larmes aux yeux.


– Je t'interdis de dire ça Astrid ! Tu m'entends ?


Mais la blonde dormait déjà d'un sommeil lourd. La maladie gagnait du terrain. Harold essuya ses yeux d'un revers de la main avant de laisser Astrid se reposer.


C'était donc la vraie raison de son silence ?


Même si c'était ce qu'elle croyait, il ne la laisserait pas faire, jamais il ne l'abandonnerait. Il la sauverait quoi qu'il en coûte.



Le soleil pointait à peine le bout de son nez quand Astrid fut réveillée par des cris provenant de l'extérieur. Elle releva la tête, se rendant compte qu'elle s'était endormie en pensant à tous ces souvenirs, Harold toujours blottie confortablement dans ses bras.

– Harold ! Astrid ! Vous êtes là ?

C'était la voix de Stoïk.

– On est là ! cria Astrid, quelque peu gênée de se retrouver comme ça avec le fils du chef dans les bras.

Le viking à la barbe rousse pénétra dans la cavité, suivi de Gueulfor qui, visiblement, paraissait soulagé de les revoir. La jeune femme raconta donc aux deux hommes comment ils s'étaient retrouvés dans cette situation aux allures surréalistes en passant par l'essai foireux d'Harold jusqu'à sa soudaine fièvre. Ils avaient alors jugé bon de rapatrier le jeune garçon jusqu'à Beurk et de faire venir Gothik au plus vite. Astrid resta auprès de lui toute la traversée durant et elle le raccompagna également chez lui. Astrid s'inquiétait pour lui.

La vieille femme arriva peu de temps après. Elle avait examiné le jeune garçon avec attention et avait décrété qu'il avait seulement attrapé une mauvaise grippe et qu'il s'en remettrait assez vite avec les médications qu'elles lui prescrivaient. La blonde fut soulagée instantanément.

– Voilà ce qui arrive quand on joue avec la pluie...



Les jours se poursuivirent et Astrid vint chaque jour s'occuper d'Harold pour s'assurer qu'il prenne bien son traitement. Mais aussi pour le voir, lui. Avec tout ce qu'il avait fait pour elle, la jeune femme se sentait redevable.

Un soir, alors qu'Astrid était sur le point de s'endormir après avoir discuté longuement avec son petit ami qui dormait déjà, Stoïk monta jusqu'à la chambre.

– Astrid, tu es toujours là ?

La blonde sortit alors de son état à demi éveillé.

– Hum ? Oui ! Oui, je suis toujours là.

Le chef de Beurk s'approcha alors du lit du jeune malade et posa une main sur l'épaule de la bienveillante guerrière qui était assise sur une chaise à proximité de celui-ci.

– Merci de veiller sur lui Astrid. Mais tu en as assez fait comme ça. Va, rentre chez toi te reposer. On se voit demain matin.

Celle-ci sourit alors à Stoïk avant de le saluer en lui souhaitant une bonne nuit.

Il la raccompagna jusqu'à la porte et lorsqu'il revint au chevet de son fils, ce dernier s'était réveillé.

– Astrid est partie ? souffla-t-il.

– Oui Fils, elle est partie.

Harold afficha une mine déçue. Stoïk se rapprocha alors de son fils.

– Tu sais que tu as de la chance d'avoir quelqu'un qui s'occupe de toi comme ça ?

– Ouais... Je sais, soupira Harold.

– Bon, je vais te laisser te reposer. Bonne nuit Fiston.

– Bonne nuit Papa.

Et il s'endormit en pensant à celle qui resterait toujours à ses côtés quoiqu'il arrive.


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Httyd.Krokmou

avatar
salut!!!!
Franchement je trouve ca super!!!!!!!!
ton histoire tien grave debout elle est riche en evellement, ya plein de suspence,de l'humour,du hiccstid ou devrege dire duAstrold,et on se croirai trop dans la nouvelle saison!!!!
si je devais te noter ca serai 20/20 direct!!!!!!
moi,je te dit bravo et félicitation!!!!
et surtout merci de nous faire rêver!!!!
des que tu reecrira une nouvelle histoire je la lirais le plus rapidement possible!!!!!
jespert que tu en écrira une prochainement,a bientôt et re bravo!!!


_______________________________________________

Dragons:


Dragons


Ouuuuuuuu les couteaux de Astrid...on dirais que Astrid a dormis chez Harold!!!

Rafxsulfuslovestory

avatar
Et bien merci beaucoup ! Je suis très contente que ça te plaise ! Et ne t'inquiète pas, je fais de mon mieux pour écrire la suite le plus rapidement possible Smile


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Charlotte71012

avatar
J'ADOOOOOORE *^* Il y a tellement de Hiccstriiiiiiiiiiiiiiiiid. *^* Razz C'est super bien écrit et en plus il n'y a aucune fautes !!!! Oui parce que maintenant je trouve ça rare les fics sans aucune fautes d'orthographes... la langue française est tellement compliqué... je me plein qu'il y ai des fautes alors que moi-même j'en ai fais plein dans ma fic lol. Rolling Eyes
C'est vrai que c'est une bonne idée pour la saison 5 ! Very Happy Dans chaque saison il y a un épisode spécial Hiccstrid, et je vois bien une scène de ce genre pour l'épisode Hiccstrid de la prochaine saison. *^*
Bref BRAVOOOOOOOO


_______________________________________________




lol!lol!lol!

Rafxsulfuslovestory

avatar
Ah merci ! Ça me fait très plaisir ce que tu me dis là ! Et c'est vrai que c'est de plus en plus rare de trouver des écrits sans faute d'orthographe ^^' Pourtant c'est plus agréable à lire ! Merci encore Smile


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Rafxsulfuslovestory

avatar
They don't know about us

Quelques semaines étaient passées depuis qu'Harold était tombé malade. Heureusement pour lui, grâce au traitement prescrit par Gothik et au grand soutien d'Astrid, il s'en était remis assez vite. Il avait alors pu reprendre ses activités là où il les avait laissées mais sous la surveillance de sa petite amie qui voulait s'assurer qu'il ne fasse plus de bêtise avec ses inventions. D'ailleurs, ce petit incident les avait rapprochés, une fois de plus.

En effet, pendant sa convalescence, la jeune fille était passée chaque soir prendre de ses nouvelles et discuter avec lui. Ainsi, ils avaient passé de longues soirées à parler de tout et de rien. Astrid lui racontait le déroulement de sa journée passée à l'académie tandis qu'il lui disait comment il faisait pour tuer le temps en attendant son retour. Ce qui n'était pas très intéressant mais ça les faisait bien rire. Et puis il y avait eu ces regards, ces gestes qui voulaient dire « Reste » sans jamais oser le prononcer à voix haute. Oh bien sûr, il le lui avait déjà demandé mais jamais dans de telles circonstances. S'il lui demandait de rester là, avec lui, pour la nuit, il engageait un pas dans leur relation qu'il n'était pas encore prêt à assumer. Alors il ne lui demandait pas.

Malgré tout, Harold et Astrid avaient gardé l'habitude de se retrouver chaque soir dans la chambre du jeune garçon pour discuter de leurs journées respectives mais aussi pour être ensemble, tout simplement. Après quoi, la blonde repartait chez elle dormir, satisfaite de leur petite entrevue.

Mais voilà, un soir, après une longue journée de dur labeur passée à rassembler les moutons de Sven qui s'étaient éparpillés sur toute l'île, les deux adolescents arrivèrent épuisés à la hutte du jeune homme. Et bien qu'ayant déjà mangé avec les autres dans la grande salle, ils avaient tout de même tenu à s'accorder un petit moment rien qu'à eux avant d'aller se coucher. Alors ils s'allongèrent sur le lit d'Harold, les yeux rivés sur le plafond, en baillant. Ils plaisantèrent un peu sur la journée passée avant de discuter de choses et d'autres, les paupières de plus en plus lourdes. Ils finirent par se laisser aller à la fatigue qui leur pesait dessus depuis un petit moment déjà. Ils se mirent à parler de moins en moins fort jusqu'à ce que le son de leur voix s'éteigne complètement. Et là, ils s'endormirent dans un calme des plus paisibles.

Le lendemain, qu'elle ne fut pas la surprise de la jeune Hofferson quand elle découvrit qu'elle s'était littéralement assoupie dans les bras de son petit ami, dans son lit, dans sa chambre, dans la maison de Stoïk la brute, le père de celui-ci et le chef du village. Elle releva aussitôt la tête et se précipita vers la fenêtre pour avoir une idée de l'heure qu'il était. Le soleil était déjà assez haut dans le ciel, trop haut. Elle retourna donc en vitesse vers Harold et se mit à le secouer violemment pour le réveiller. Il ouvrit alors les yeux, complètement perdu, se demandant ce qui était en train de se passer.

– Astrid ?

– Allez Harold ! Dépêche-toi ! On est en retard ! Faut qu'on y aille, vite !

– Que–, attends quoi ? Et puis, qu'est-ce que tu fais ici d'abord ?

– J'me suis endormie… enfin, on s'est endormis et puis je me suis réveillée là, dans ton lit… Enfin bref, il faut qu'on y aille !

Le jeune garçon n'osa pas répliquer. Il suivit rapidement sa petite amie dans sa course contre la montre pour rattraper leur retard et se prépara à toute vitesse sans prendre de petit déjeuner. Ils arrivèrent finalement juste à temps pour l'entraînement en équipe qu'ils devaient donner aujourd'hui au sein de l'académie de dragons.

– Ah bah enfin ! Vous voilà, vous deux ! s'écria Rustik.

Varek lui fit les gros yeux.

– Laisse-les tranquilles Rustik, je suis sûr qu'Harold et Astrid ont une très bonne raison de ne pas être arrivés plutôt ce matin, pas vrai ?

Les deux concernés se lancèrent un regard embarrassé, priant Odin pour que Varek n'aille pas plus loin.

– Vous étiez sûrement très occupés ce matin ? insista leur ami.

– Il paraît oui, intervint Kranedur.

– En tous cas, c'est ce qu'on entend par les bruits qui courent… renchérit Kognedur.

– Quoi ? Quels bruits ? demanda alors Harold.

La jumelle se rapprocha alors du fils du chef.

– Et bien… Ceux qui disent qu'ils vous ont vu sortir de la même hutte ce matin…

Les deux amoureux échangèrent de nouveau un regard, cette fois-ci le rouge aux joues, plutôt gênés.

– Ce qui signifie au moins que vous avez dormi ensemble ! s'exclama Kognedur.

– Et au plus que vous… commença son frère avant de se faire violemment couper la parole par le chef des dragonniers.

– Stop ! Je crois qu'on va s'arrêter là pour aujourd'hui…

Astrid tourna alors les talons en se dirigeant vers la sortie, visiblement à bout de nerfs. La bande la regarda s'éloigner, quelque peu confuse parce qu'ils avaient dit ça pour plaisanter. Mais Astrid Hofferson était une guerrière susceptible et elle n'avait pas vraiment apprécié cette soi-disant plaisanterie. Harold ne chercha pas à la rattraper, n'y trouvant pas d'utilité sur l'instant.

A la nuit tombée, cependant, il s'inquiéta davantage. Il n'avait pas vu la jolie blonde de la journée. Elle n'avait pas assisté à l'entraînement dragons et ils n'avaient même pas mangé ensemble à la mi-journée. Et là, il l'attendait chez lui pour leur entrevue du soir mais elle n'arrivait pas.

– Oh… Pas d'Hofferson ce soir ? demanda Stoïk qui passait devant son fils.

– Elle est juste un peu en retard… rétorqua le brun comme pour se convaincre lui-même.

– Ah, rétorqua le chef, l'air peu convaincu.

– Quoi ?

– Oh rien, il se fait tard. Bonne nuit, Fils.

Le jeune garçon sourit.

– Bonne nuit, Papa.

Réalisant que la jeune fille ne viendrait sans doute pas, Harold se résolut finalement à monter dans sa chambre pour se coucher. Il s'allongea sur son lit lourdement et posa sa tête sur son oreiller en soupirant. Krokmou s'était déjà endormi depuis un moment. Qu'est-ce que j'ai loupé ? se demanda alors le jeune garçon. Il repensa à la journée qui venait de s'écouler. Il n'avait pas compris le départ d'Astrid ce matin. Bien sûr, les autres les avaient un peu charriés sur leur retard à l'académie mais rien de plus normal, non ? La blonde avait l'air de tout prendre mal dès qu'il s'agissait de la relation qu'elle entretenait avec le fils du chef. Et Harold avait bien du mal à comprendre pourquoi. Il décida finalement qu'il la prendrait à part le lendemain pour discuter de tout ça avec elle.

Aux aurores, le jeune dragonnier se leva pour avaler son petit déjeuner en vitesse. Son lait de yack à peine terminé, il entraîna Krokmou avec lui en dehors de sa hutte pour se diriger vers celle d'Astrid. Il voulait profiter du calme de l'île en cette heure très matinale pour venir lui parler. Il savait qu'elle serait levée. Elle se levait toujours très tôt pour aller s'entraîner au lancé de haches dans la forêt, il l'intercepterait juste avant qu'elle ne parte. Et il avait vu juste, au moment même où il arriva devant sa hutte, la blonde en sortit.

– Salut, sourit-il.

– Harold ? Mais qu'est-ce que tu fais là ? demanda-t-elle, surprise.

– T'es pas venu hier soir alors je me suis dit que j'allais venir te voir ce matin.

– Désolée pour hier soir, j'étais très occupée… répondit la jeune fille, gênée.

– Très occupée hein ?

La jeune viking resta muette, elle savait qu'Harold ne la croyait pas.

– Tu veux qu'on en parle ? finit par demander le jeune homme.

– Qu'on parle de quoi ? rétorqua Astrid en croisant les bras.

– Et bien peut-être du fait que tu m'aies évité toute la journée hier ?

La blonde ne répondit pas malgré le regard suppliant d'Harold qui ne demandait qu'à la comprendre. Au bout d'un moment, elle finit par briser la glace.

– Bon maintenant, j'aimerai bien aller m'entraîner si tu permets…

Mais Harold était bien décidé à la faire parler, il la retint par le bras.

– Non Astrid, il faut qu'on parle.

– Laisse-moi partir Harold.

– Pas tant que tu ne m'auras pas dit pourquoi tu es partie de l'Entraînement Dragons hier. Astrid, j'essaye juste de t'aider…

A cet instant, la porte s'ouvrit sur les parents d'Astrid qui se demandaient ce qui était en train de se passer entre les deux adolescents.

– Ça va ma chérie ? demanda alors son père.

Harold relâcha instantanément sa prise sur la jeune fille qui parvint enfin à se dégager.

– Tout va bien Papa. Harold passait juste me dire bonjour.

Le père d'Astrid acquiesça avant de pénétrer de nouveau avec sa femme à l'intérieur de leur hutte. Leur fille se tourna alors vers le jeune brun.

– Si tu veux vraiment m'aider, commence par arrêter de nous donner en spectacle, dit-elle avant de partir pour de bon cette fois.

Le dragonnier en resta bouche-bée. Lui qui partait de bonnes intentions s'était fait complètement démontée par sa petite amie ainsi que par son père par la même occasion même si ce n'était pas verbalement. Son regard voulait tout dire. Elle ne voulait pas parler mais il allait le falloir pourtant. Il réessaierait plus tard.

Cependant, ses tentatives pour parler à Astrid furent toutes sauf fructueuses. Elles avaient échouées les unes après les autres… La jeune Hofferson était plutôt du genre buté quand elle s'y mettait. Le fils du chef n'avait plus le choix, il allait devoir y aller par la manière forte. Bien que l'idée ne l'enchante pas vraiment, il se devait de le faire parce qu'il savait qu'une relation de confiance était une relation où on ne gardait pas les choses pour soi. En effet, la discussion était la clef d'une relation saine. C'est pourquoi il se décida à aller chercher Astrid là où elle ne l'attendrait pas : l'Académie.

Lorsqu'il arriva, elle était en plein cours avec les jeunes recrues beurkiennes sur l'art de l'effet de surprise. L'ironie du sort pensa Harold dont la tactique préférée était justement celle-ci. Il pénétra dans l'arène et tira Astrid par le bras devant l'ensemble de ses élèves. Elle eut à peine le temps de prononcer son prénom que déjà il s'adressait aux jeunes dragonniers à sa place.

– Le cours est terminé, vous pouvez retourner à vos occupations ! annonça Harold.

Les adolescents ne se firent pas prier. Ils étaient plus ou moins habitués aux récurrentes disputes d'Harold et Astrid maintenant. Et ils savaient que dans ce cas là, partir en vitesse était leur meilleure option. L'académie fut vidée en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire.

La blonde retira la main d'Harold de son bras.

– Dès fois je me demande si tu m'écoutes quand je te parle… déclara Astrid froidement.

Le jeune homme retint un soupir.

– J'ai compris que tu n'avais pas envie de parler Astrid mais il va bien falloir qu'on le fasse, que tu le veuilles ou non.

Il avait parlé d'un ton posé, sûr de lui. La jeune fille n'eut d'autre choix que de capituler.

– Très bien, qu'est-ce que tu veux savoir ?

Le fils du chef se gratta l'arrière de la tête mais il n'eut pas le temps de prononcer sa requête, Astrid avait déjà repris la parole.

– Tu veux savoir pourquoi je suis partie de l'entraînement ? Pourquoi je t'ai évité toute la journée ? Pourquoi je ne suis pas venu à notre rendez-vous hier soir ?

Elle se stoppa un instant pour observer sa réaction.

– Oui, acquiesça-t-il.

Il marqua une pause puis prit son visage entre ses mains.

– Oui, je veux savoir.

Mais la jeune femme ne s'attendait pas du tout à ce qu'il dise ça. Elle le regarda, étonnée et ce fut seulement à cet instant qu'elle comprit qu'il désirait vraiment comprendre la raison de son mal-être. Elle baissa les yeux et renifla avant de se mettre à pleurer. Alors Harold la serra dans ses bras parce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire d'autre.

Astrid ne pleurait jamais.

Et elle s'en voulait d'infliger ça à Harold parce qu'il ne l'avait jamais vu pleurer avant. Il allait se poser plein de questions, elle le savait. Mais elle n'était pas sûre de pouvoir y répondre. A vrai dire, elle avait peur qu'il ne comprenne pas.

– Astrid, tu sais que tu peux tout me dire… murmura son petit ami une fois que cette dernière fut calmée.

– Harold je… Je suis désolée… Je sais pas ce qui m'a pris… Tu semblais si bien de ton côté et moi…

– Et toi ça ne va pas… dit-il, concerné.

Il passa une main dans ses cheveux blonds.

– J'ai compris, insista-t-il. Alors dis-moi ce qui ne va pas maintenant.

La jeune fille approuva d'un hochement de tête.

– Tu sais, ça n'a rien à voir avec toi c'est juste… Depuis qu'on est ensemble, j'ai l'impression que les gens nous regardent différemment et je… ça me dérange. Ne crois pas que je sois partie à cause de quelques ricaneries de la bande, non. Si je suis partie c'est parce que j'en ai assez de tous ces sous-entendus à propos de nous. Je veux dire, ils ne savent rien de nous, de notre relation. C'est pour ça que je t'avais dit que je voulais que ça reste notre truc à nous… Je… Tout a tellement changé depuis. Dès fois je me dis que c'était mieux avant, quand nous n'étions que de simples amis.

– Qu'est-ce que je dois comprendre ? l'interrompit Harold qui devint subitement inquiet.

Mais celle-ci le rassura aussitôt en saisissant sa main.

– Harold, ne te fais pas de fausses idées, je suis très heureuse qu'on soit plus que ça aujourd'hui, sourit-elle. Tout ce que je dis, c'est que c'était plus simple. On était libres. On était amis et personne n'allait chercher plus loin que ça. Mais dès qu'on commence à parler d'amour, les gens deviennent tout d'un coup intéressés, ils veulent tout savoir. On n'est plus tranquilles. Et puis tu es le fils du chef alors je sais bien que ce n'est pas prêt de s'arrêter… et je me demande si… si je vais réussir à supporter tout ça…

Elle baissa la tête. Il la lui releva avec délicatesse en souriant.

– Astrid, on s'en fiche de ce que peuvent bien penser les autres de nous. C'est pas important. Ce qui est important c'est ce qu'on vit nous. Comme tu l'as dit, ils ne savent rien de nous. Ils ne savent pas ce qu'on partage tous les deux et tu as raison, ils n'ont pas besoin de le savoir. La seule chose qu'il faut que tu comprennes c'est que le genre de chose qui s'est passé hier se reproduira mais c'est pas grave, on s'en fiche. Il faut que tu te laisses vivre Astrid. Il ne faut pas que le regard des autres t'empêche d'être avec moi, enfin si c'est toujours ce que tu veux…

La jolie blonde rigola en lui donnant une légère tape sur la tête.

– Bien sûr que c'est ce que je veux !

Ils rirent ensemble.

– Et ne t'inquiète pas, les autres sont un peu lourds en ce moment mais c'est parce que c'est le début. Ils se lasseront assez vite, tu verras, la rassura le brun. Au pire, quelques piques de temps en temps ne nous feront pas de mal. Et puis tu les connais, ce n'est jamais bien méchant.

– Oui tu as raison, je crois que je me suis un peu laissée emporter par les évènements… Ma réaction était un peu exagérée. Je suis désolée Harold, conclut-elle en le prenant dans ses bras.

Ils se serrèrent fort dans les bras l'un de l'autre. Harold chuchota quelque chose à l'oreille d'Astrid, elle sourit.

– C'est d'accord.



Le soir venu, la jeune femme ne se dirigea pas vers la hutte de son bien-aimé, non. Ce soir-là, Astrid descendit à pied jusqu'à la forêt située au nord de l'île pour se rendre là où Harold lui avait donné rendez-vous : le Gouffre des Corbeaux. La nuit n'était pas encore tombée. Astrid ne mit pas longtemps à retrouver le chemin du lieu où tout avait commencé. C'était là qu'elle l'avait embrassé pour la première fois. Sur la joue oui, mais ça comptait quand même à ses yeux.

– Astrid ?

Il était là. Assis sur la couverture qu'il avait étendue pour l'occasion, à proximité du petit étang caractéristique des lieux. Le garçon qu'elle avait embrassé ce soir-là avait bien grandi, songea-t-elle. Et tous ses doutes disparurent à l'instant où elle vit le sourire de l'homme qu'elle aimait illuminer son visage à sa seule vue. Elle vint prendre place à côté de lui et le serra dans ses bras.

– C'est toi qui as préparé tout ça ?

– Pour votre plus grand plaisir gente dame, lui assura-t-il en lui adressant son plus beau sourire.

Elle rit. Il rit aussi.

Ils dégustèrent ce qu'avait concocté le jeune garçon et à la vue du calme qui régnait, cela semblait délicieux. Une fois fini, ils s'allongèrent sur l'herbe pour profiter de la vue qu'ils avaient sur le ciel étoilé.

– Tu avais raison Harold, personne ne viendra nous ennuyer ici, déclara Astrid en lui prenant la main.

Elle l'observa en souriant. Il la regarda amoureusement et s'approcha d'elle doucement. Il planta son regard dans le sien avant de l'embrasser fiévreusement. Elle intensifia le baiser en prenant sa tête entre ses mains. Il passa sa main dans ses cheveux, la décoiffant un peu, avant de laisser descendre ses deux mains le long de son dos. Il finit par les poser sur sa taille afin de rapprocher leurs deux corps brûlants. Ils continuèrent à s'embrasser jusqu'à ce qu'Astrid décide d'y mettre un terme. Elle se releva brusquement et ôta ses bottes en fourrures. Elle était de dos.

– Il fait chaud ici, tu ne trouves pas ? l'interrogea-t-elle.

Elle jeta un regard derrière elle. Il ne voyait pas bien où elle voulait en venir.

Alors elle détacha ses épaulettes avant de retirer ses leggins et sa jupe à pointes. Ainsi, la belle Hofferson se trouva vêtue d'un haut et d'une culotte devant les yeux déconcertés d'Harold.

– Astrid qu'est-ce que tu… ? parvint-il à articuler.

– Allez Harold, tu n'as pas envie d'une petite baignade nocturne ? demanda-t-elle, sans cacher son amusement.

Elle savait parfaitement qu'il était mal à l'aise et elle en jouait beaucoup parce que malgré tout, il en avait envie et que par conséquent, il la suivrait. Donc elle continua et se débarrassa des deux derniers vêtements qui la couvraient encore. Sa peau blanche luisait à la seule lumière de la lune. Dans la pénombre, Harold arriva à distinguer la silhouette de la jeune femme dont les courbes frisaient la perfection. Il resta pétrifié à la vue de ses fesses nues.

Elle s'était dévoilée entièrement à lui et il n'était pas sûr de pouvoir en faire autant. Néanmoins, c'était aussi pour ça qu'il l'aimait. Astrid l'inspirait. C'était la personne qui le comprenait le mieux au monde, sa meilleure amie. Elle lui faisait prendre des risques. Elle le poussait à agir, à sortir de sa zone de confort tout comme il le faisait avec elle. C'est pourquoi ils formaient une si belle équipe. Ils s'entraidaient mutuellement à se dépasser. Alors il se leva en regardant son corps flamboyant plonger petit à petit dans l'eau glacée de l'étang. Une fois rentrée à l'intérieur, elle tourna la tête vers lui.

– Alors, tu viens ?

Il n'en revenait pas de la façon dont la jolie blonde se comportait avec lui. Elle qui était effrayée par le regard des autres, elle n'avait peur de rien en sa présence alors qu'il était terrifié. C'était là la grande différence entre elle et lui. Astrid était à l'aise avec Harold, elle avait confiance en lui alors se mettre à nu –littéralement– devant lui était quelque chose de tout à fait naturel de son point de vue. C'était dans l'ordre des choses. Mais pour Harold, c'était encore quelque chose qui l'intimidait mais il savait qu'Astrid serait là pour l'aider à prendre confiance en lui. En même temps, il était flatté qu'elle se dévoile à lui. Ça lui montrait à quel point elle tenait à lui et combien elle se sentait bien avec lui.

Elle allait reposer sa question lorsqu'elle entendit le son de ses vêtements tomber lourdement sur le sol. Il s'était finalement décidé à la rejoindre. Elle resta de dos, les bras autour de ses épaules pour se réchauffer. Des pas hésitants se déplaçant dans sa direction se firent sentir. Elle l'attendit patiemment, elle ne voulait pas le brusquer, elle le laissa venir à elle. Et il pénétra finalement dans l'eau glaciale à ses côtés en l'entourant de ses bras pour qu'elle n'ait plus jamais froid.

C'est là qu'il comprit ce qu'elle voulait dire quand elle disait vouloir que ça reste leur truc à eux.
Il y a des choses qu'on ne partage qu'à deux.

Astrid vint caresser sa tête contre celle d'Harold avant de se tourner vers lui pour venir embrasser délicatement ses lèvres fines. Cette étreinte leur avait fait accéder à une proximité encore jamais atteinte. La jeune fille sourit avant de lui murmurer :

– Je n'ai plus peur, Harold.


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Sissi1789

avatar
Un super OS comme d'habitude, j'aimerai beaucoup un passage de ce genre dans la série mais bon on peut rêvé Very Happy
Contente de te retrouver dans un nouvelle OS Rafxsulfuslovestory, j'espère que tu va nous régaler d'encore beaucoup d'OS et fanfiction Very Happy


_______________________________________________
Lien vers mon blog consacré à Dragons, n'hésitez pas à y faire un tour et me dire ce que vous en pensez : http://dragons-au-dela-de-l-horizon.e-monsite.com/
http://how-to-train-your-dragon.e-monsite.com/

Rafxsulfuslovestory

avatar
Merci beaucoup Sissi ! Ça fait également du bien de te retrouver ! Tes commentaires me manquaient ! En tous cas je suis contente que cet OS t'ai plu et j'espère que les précédents ainsi que les suivants de plairont tout autant :3


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Cerise

avatar
Encore Bravo Rafxsulfuslovestory Very Happy Je trouve que tu es une écrivaine exceptionnelle ! Tout tes OS sont super et s'adaptent vraiment aux films et à la serie. Et en plus, j'adore le Hiccstrid Razz Franchement, j'adore <3


_______________________________________________
Signature:

.  




Tu es trop jeune pour voir ça...

"La peur de mourir nous empêche de vivre"

Rafxsulfuslovestory

avatar
Merci beaucoup Cerise ! Ça me fait vraiment plaisir ce que tu me dis là ! :')


_______________________________________________


"Astrid, toi et moi on a traversé toutes les épreuves ensemble, tu crois vraiment qu'on va pas y arriver ? Astrid, tu m'as moi. Peu importe ce qui se passe, peu importe ce que ça peut être ou, ou ce que tu veux que ça devienne, je suis là pour toi. 

Il y aura toujours dans ce monde Astrid plus Harold.

C'est juré."
http://dragonsforeverhiccstrid.kazeo.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum