- Forum consacré au monde de Dragons de DreamWorks -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Fic de Fury : Je te sauverai le Dim 6 Mar 2016 - 17:22

Fury-Vipère

avatar
Hello les dragonites !

Je vous présente donc le premier chapitre de cette fic "Je te sauverai".

Cette fic se passe pendant la saison 3 partie 2 alors si certains n'ont pas vu la série, ATTENTION RISQUE DE SPOIL. Elle se passe juste après qu'Harold découvre le secret d'Astrid à savoir qu'elle et Ingrid complote en secret et qu'Ingrid est une espionne chez les chasseurs.

Donc cette fic sera du Hiccstrid et du Krokmou X Tempête. Présence d'Ingrid et relation fraternelle Ingrid x Dagur mise en avant.

Sinon une bonne lecture pour ce premier chapitre et dites moi ce que vous en avez pensé !




Chapitre 1 : Disputes et conséquences




Depuis qu'Harold a appris le secret d'Astrid, c'est à dire qu'elle est au courant pour Ingrid et de son infiltration, il s'irrite plus rapidement et notamment envers Astrid. Il lui en veut beaucoup de lui avoir caché ça. Il considère qu'ils sont une équipe alors pourquoi n'avoir rien dit ? Il lui fait confiance plus à quiconque – si on ne compte pas Krokmou, mais c'est différent – alors pourquoi avoir gardé le secret ? Elle ne lui fait pas assez confiance ? Oui. Harold est blessé et vexé par le geste d'Astrid. Terriblement. Et la jeune fille le voit, c'est alors que depuis, elle fait tout pour essayer de se rattraper, en commençant par s'excuser un millier de fois. Mais autant donner des ordres à un mille tonnerre sauvage. Le jeune homme ne veut rien entendre. C'est qu'il peut être borné parfois. Un vrai viking.

C'est alors, quelques jours après qu'il a appris la vérité, le soleil à peine levé, Astrid essaye une énième fois de s'excuser et d'essayer de retrouver la relation qu'elle avait avec lui, avant cet événement.

« Écoutes Harold. Sincèrement, je regrette de ne t'avoir rien dit. Mais j'ai promis à Ingrid de garder le secret. »

« Oh et donc tu ne me fais pas assez confiance pour me cacher ça ? Tu crois que je ne peux cacher un secret ? Moi !? »

« Mais non ce n'est pas ça mais ... »

« Mais quoi ? Vas y ! Dis moi pourquoi tu m'as caché la vérité ! »

« Mais Harold ... »

« Non Astrid ! On était censé être une équipe ! Comment as tu osé ?! »

Cette fois, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour Astrid. À son tour, elle s'énerve sur le jeune homme.

« Toi comment oses tu ? Parlons en « d'être censé une équipe » ! Tu veux que je t'énumère tous les coups en douce que tu as fait pour soi disant nous protéger ?! »

« Comment ça soi disant ? C'était pour vous protéger ! Et l'histoire n'est pas là ! Toi tu as juste agi en douce ! Tu as été égoïste ! Terriblement égoïste ! Tu ne penses qu'à ta petite personne ! Tu as mis tout le monde en danger et tu aurais pu tuer l'un des nôtres à cause de ton attitude ! » s'emporte Harold plus qu'il ne l'a imaginé.

Astrid le regarde choquée, n'en revenant pas de ses propos. Alors c'est comme ça qu'il la voit. Même le reste de la bande et leurs dragons – notamment Krokmou – qui assistent à leur dispute, n'en reviennent pas. Harold a bien vu qu'il est allé trop loin cette fois, et regrette ses paroles, car il sait que ce n'est pas vrai, mais il ne se démonte pas devant Astrid. Il a eu tort.

« Ok. Si tu le prends comme ça. » dit elle doucement aux bords des larmes.

Maintenant il regrette. Et alors qu'il allait se rattraper, la jeune fille court vers sa dragonne et s'envole à toute vitesse, sans qu'il n'ait pu dire un seul mot, ni qu'il n'ait pu faire un seul geste. Il soupire. Puis, il lève les yeux vers les autres, humains comme dragons, - qui ont regardé Astrid s'enfuir dans les airs – et ceux ci le regarde méchamment – même Krokmou. Harold les regarde sceptique.

« Quoi ? »

« Ok je me lance » dit Kranedur en regardant les autres. « Tu ne crois pas que tu y allais un peu fort, Harold ? »

Comme simple réponse, le jeune homme détourne le regard, mécontent.

« Ok Harold ! » commence Rustik en ayant marre. « Pourquoi est ce que tu te comportes comme ça avec Astrid ? »

« Tu es sérieux là ? » demande Harold en le regardant méchamment. « Elle nous a carrément menti ! »

« Moi j'admire ce qu'elle a fait ! » dit Kognedur en regardant son frère.

« Ouais moi aussi ! C'était trop cool ! » lui répond Kranedur avant qu'ils se donnent un coup de tête.

Devant ce geste habituel des jumeaux, Harold lève les yeux au ciel, exaspéré, alors Varek prend la parole.

« Je comprends très bien Harold. Mais tu ne crois pas que tu exagères ? D'accord, elle nous a rien dit pour Ingrid, et tu es sans doute vexé qu'elle ne t'ait rien dit, alors que vous vous dites tout, mais tu ne crois pas que tu y vas un peu fort ? Depuis qu'on a su la vérité, elle a essayé de se faire pardonner et elle s'est excusée un millier de fois. Alors pourquoi tu lui en veux encore ? »

« Et puis elle n'a pas tort ! Toi aussi tu as fait tes coups en douce ! Alors tu es mal placé pour la juger comme ça ! » s'oblige à intervenir Rustik tout en croisant les bras sur sa poitrine.

« Ce n'est pas pareil ! » s'indigne Harold.

« En quoi ? » demande toute la bande.

« C'est juste … euh … »

Mais Harold l'admet. Il est à court d'arguments.

« Harold admets le ! Elle t'a vexé de ne t'avoir rien dit et tu lui fais payer ! Venant de toi ça m'étonne mais je suis fier que tu sois devenu comme ça ! » ricane Rustik.

« Ce n'est pas du tout ça ! » s'énerve Harold.

« Alors c'est quoi le problème ? Elle a déjà tout fait pour se faire pardonner et toi tu la rejettes comme si elle avait tué ton dragon ! » crie Rustik en pointant du doigt la furie nocturne.

« C'est ce que vous pensez tous ? » demande-t-il en regardant ses amis, sèchement.

« Oui ! » crient-ils à l'unisson.

Puis, essayant de chercher du réconfort vers son meilleur ami, la furie nocturne, il voit plutôt son dragon le regardant d'un air de reproche.

« Alors toi aussi tu penses pareil ? » s'indigne-t-il en s'adressant à Krokmou.

Comme simple réponse, le reptile pousse un grognement tout en détournant la tête pour affirmer.

« Roh vous m'énervez ! Laissez tomber ! Vous ne comprenez rien ! » finit il par dire en partant furieux.

« Il est vexé » affirme Kranedur.

« Ouais il l'est » confirme Kognedur.

« Il l'est carrément. » témoigne Rustik.

Tandis que Varek soupire.

« J'espère quand même qu'Astrid va bien, après ce qu'Harold lui a dit. »

« Oh elle est partie se calmer quelque part. C'est Astrid. » dit Rustik sous l'approbation des autres, qui commencent à se disperser.

« Oui mais là, je les ai jamais vu se disputer de la sorte. Et elle avait l'air d'aller mal. J'espère que tout ira bien pour elle … Bouledogre, je pense qu'il faut aller parler à Harold pour lui faire retrouver la raison. » dit il en parlant à sa dragonne.

Justement, le concerné, lui, s'est assis devant sa hutte, regardant l'horizon et en pensant à ce que ses amis ont dit. Est ce qu'il a vraiment exagéré ? Il est tellement vexé par toute cette histoire qu'il ne sait plus. Mais Varek a raison sur un point : il a été un peu fort cette fois. Il l'a bien remarqué, surtout en voyant les perles de larmes au coin de ses yeux – malgré qu'elle a essayé de les dissimuler. De plus, il ne pense pas ce qu'il a dit. Plus que quiconque, il sait qu'elle n'est pas égoïste. Mais ses mots ont dépassé ses pensées. Oui. Il a été trop loin cette fois. Mais il est tellement vexé que ça lui a échappé. Non. Cette fois ça n'explique pas son attitude. Pour que même ses amis, et encore plus que son dragon s'en mêlent, ça prouve qu'il a plus que dépassé les bornes. Au retour d'Astrid, il faudra qu'il s'excuse et qu'ils parlent tous les deux. Bien qu'il est en colère contre Astrid, ces disputes incessantes le font aussi mal qu'Astrid. Mais ça il ne l'admettrait jamais, surtout qu'il est particulièrement en colère contre elle, donc il ne fait plus attention à ses émotions et ses sentiments. Il le regrettera. Il le regrette déjà. Oui. Il faut vraiment qu'ils aient une discussion.

« Je suis un idiot. » murmure-t-il.




La journée passe lentement pour tout le monde. Varek a essayé de discuter avec Harold, mais celui ci lui a fait clairement comprendre qu'il a besoin d'être seul pour réfléchir. Même Krokmou tient ses distances avec lui – déjà pour lui faire comprendre ses erreurs – pour le laisser seul faire le point. Les humains sont décidément bien compliqués.

Pendant toute la journée, personne n'a revu Astrid depuis le matin. Ça n'a l'air t'inquiéter personne, hormis Varek et Krokmou. Même Harold n'a pas l'air de s'en préoccuper. Enfin c'est ce qu'il laisse paraître. Alors lorsque le soleil commence à se coucher, Varek décide d'aller le voir.

« Harold. Le soleil commence à se coucher et Astrid n'est toujours pas de retour. »

Le jeune homme ne répond pas, et continue à regarder l'horizon.

« Ça ne t'inquiète pas ? » tente Varek.

« Elle est sans doute partie s'isoler quelque part et n'a pas vu l'heure passée. » dit Harold sans grand enthousiasme.

Varek soupire par tant d'entêtement de la part du jeune homme et décide de laisser tomber pour l'instant. Car il y a une chose qu'il sait : si même Harold ne s'inquiète pas pour Astrid, c'est qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Harold est peut être énervé contre Astrid, mais il ne cessera jamais de s'inquiéter pour elle, même s'il prétend le contraire. Varek n'est pas dupe. Il voit bien qu'il y a quelque chose entre eux. Et c'est sans doute pour cette raison que le secret d'Astrid l'a tellement blessé. Alors peut être que Varek s'inquiète trop.




Mais voilà, maintenant le soleil est presque couché et la jeune fille n'est pas toujours revenue. Ni elle, ni sa dragonne. Et maintenant Varek n'est plus le seul à s'inquiéter. Même la bande commence à se faire du soucis. La dernière fois qu'Astrid a disparu aussi longtemps, elle a failli se noyer et sa dragonne capturée. Et s'il leur est arrivé quelque chose ? Même Krokmou s'inquiéte de plus en plus. C'est pourquoi, il pousse un gémissement inquiet en directement de l'horizon, tandis qu'Harold n'a pas toujours bougé de sa place, mais il a une expression grave sur le visage, si bien qu'on ne peut voir s'il est inquiet ou non.

Mais la bande décide toute de même d'intervenir et de secouer Harold.

« Harold ! Le soleil est presque couché et Astrid n'est toujours pas de retour ! Il s'est peut être passé quelque chose comme la dernière fois ! » dit Varek.

Harold soupire à cette remarque.

« Bon Harold je sais que tu es en colère contre elle, mais là ... » commence Rustik avant de ne se faire interrompre par Harold.

« On part sur le champ. » dit il autoritairement.

« Quoi ? » demande perdue toute la bande.

Même Krokmou le regarde curieusement. Puis, Harold se lève doucement et leur dit toujours sur un ton autoritaire en les fixant.

« On part à sa recherche immédiatement. »

Alors que Varek souffle de soulagement qu'il ait enfin pris la décision, Krokmou se frotte contre son dresseur, tout aussi soulagé.

« En faite, je ne crois pas que ça va être possible » dit tout d'un coup Kranedur.

Les autres le regarde confus, avant qu'Harold ne fronce les sourcils mécontent.

« Et pourquoi ça Krane ? »

« Elle arrive. » dit il en pointant du doigt l'horizon.

Tout le monde se retourne pour, en effet, apercevoir Tempête revenir vers l'île. Harold souffle de soulagement à sa vue. Même s'il est en colère contre elle, depuis ce matin, il est inquiet qu'elle soit partie aussi longtemps, surtout par sa faute.

« Bon je suppose qu'on n'a plus à s'inquiéter » dit Rustik en commençant à partir, suivi des jumeaux.

Mais tout d'un coup, Varek plisse les yeux, croyant avoir vu quelque chose d'inquiétant.

« Hé Harold ! Il y a quelque chose qui cloche avec Tempête ».

Le jeune homme regarde son ami, curieusement avant de se retourner vers la dragonne. Et en effet, il voit que Tempête a l'air d'avoir du mal à voler. Il fronce les sourcils inquiet. Il espère vraiment qu'il ne leur est rien arrivé. Ça serait le comble, car tout est de sa faute.

« Peut être qu'elle est fatiguée ? » dit Kognedur, qui est revenu vers les deux jeunes hommes avec les autres, en entendant la phrase de Varek.

« Tu as déjà vu Tempête être fatiguée ? »

« Euuuuh ... c'est une question piège ? Ouais parce que les questions pièges ce n'est pas cool ! » réfléchissent les jumeaux.

« Non Varek a raison. Quelque chose cloche. Rejoignons les aux écuries. Elle est sur le point d'atterrir. » dit calmement Harold, bien qu'il soit particulièrement inquiet.




Mais alors que les jeunes commencent à descendre, Tempête ralentit son vol pour atterrir, mais à peine, pose-t-elle une patte sur le sol, qu'elle se loupe et fait plusieurs rouler boulets, jusqu'à se cogner lourdement contre le mur des écuries, son dos contre le mur, la tête en bas et la queue en l'air. Puis tout aussi violemment, son corps tombe sur le côté gauche pour atterrir cette fois complètement avec violence sur le sol.

À la vue de cette atterrissage disons raté – ce qui n'arrive jamais à Tempête – les autres se sont figés sur place, choqués, Harold et Krokmou plus que quiconque. C'est alors qu'après avoir crier le prénom de la jeune fille, ils se précipitent tous vers la dragonne, Harold et Krokmou les précédant.

Arrivés près de la dragonne, ils se pétrifient tous sur place, encore plus choqués qu'ils ne le sont déjà. Devant eux, Tempête est complètement affaiblie et couverte de blessures – ce qui explique son atterrissage raté. Mais le pire de tout, c'est qu'il n'y a nulle présence d'Astrid.

« Tempête ! » hurle Harold en s'approchant d'elle, Krokmou sur ses talons.

« Tempête ! Tempête ! Par Odin que s'est il passé ? »

Entendant son nom et la voix du jeune homme, la dragonne ouvre les yeux à moitié et gémit.

« Du calme ma belle. Du calme. Tempête, Astrid n'est pas avec toi ? » panique complètement Harold.

Comprenant qu'il cherche sa dresseuse, Tempête, avec un effort titanesque, soulève ses ailes, pour y laisser découvrir le corps de la jeune femme entre ses pattes. À sa vue, Harold passe par plusieurs émotions : le soulagement puis l'inquiétude. Astrid est peut être là, mais couverte de blessures, de sang, de bleus, comme sa dragonne. Et le pire de tout, c'est qu'elle est inconsciente.

« Astrid ! » hurle le jeune homme en la prenant dans ses bras, ce qui permet à Tempête de reposer ses ailes et sa tête sur le sol.

« Astrid ! Astrid ! Astriiiid ! » panique complètement Harold.

Puis, il penche son oreille vers son cœur et avec une pointe de soulagement, il constate que son cœur bat. Il bat faiblement, mais il bat.

« Vite ! Allez me chercher la boite de soins ! Il faut les soigner tout de suite ! » ordonne-t-il à ses amis, où ceux ci se précipitent immédiatement.

Pendant ce temps, Krokmou, lui, regarde la dragonne tristement. Et pendant qu'elle a soulevé ses ailes pour montrer Astrid, et qu'elle les a rabaissé, il a cru voir quelque chose sur la dragonne. Il s'approche donc de « cette chose » et en l'ayant vu, il grogne furieux. Puis, il alerte son humain, encore préoccupé par l'humaine femelle.

« Qu'est ce qu'il y a mon grand ? » demande Harold, voyant son dragon s'agiter devant le ventre de la dragonne.

Il pose alors Astrid sur le sol délicatement – ne voulant pas aggraver ses blessures – s'approche vers l'endroit où indique Krokmou et se fige sur place. En dessous des ailes, sur le ventre de la dragonne, se trouve une flèche. La pauvre dragonne ! Elle a volé tout du long avec ça dans le ventre, en plus de ses blessures. Mais il y a quelque chose qui cloche sur cette flèche. On dirait qu'il y a une sorte de message accrochée dessus. Il l'inspecte avant de dire à Tempête : « Je suis désolé ma grande, ça risque de faire mal ».

Il pose sa main droite sur le corps de la dragonne, puis avec sa main gauche, il prend la flèche et tire un grand coup sec pour la sortir du reptile, ce qui fait hurler de douleur Tempête, qui lève la tête pour après la reposer violemment sur le sol. Puis, le jeune homme arrache un morceau de tissu de sa tunique, pour le poser sur la blessure, qu'a commis la flèche et ainsi éviter qu'elle ne perd d'avantage de sang. Après cela fait, il inspecte à nouveau la flèche, et il trouve curieux que la pointe de flèche n'est pas faite en racine de dragons, signature des chasseurs de dragons. Il aurait pourtant juré que ce sont eux les responsables de tout ça. Ce que lui fait rapidement remarquer Varek qui est resté avec lui.

« C'est curieux ! La pointe de flèche n'est pas en racine de dragons. »

« Ce ne sont peut être pas les chasseurs les responsables » lui répond calmement Harold tout en déliant le message.

« Alors qui ? Qui aurait pu faire ça ? » s'inquiète Varek.

« Je sens qu'on ne va pas tarder à le savoir » dit il en déroulant le parchemin.

Et pendant que les autres reviennent précipitamment, Harold lit le message. Au fur et à mesure de sa lecture, ses sourcils se froncent et il semble de plus en plus énervé. Après la fin de la lecture, furieux, il chiffonne le parchemin sèchement, tout en serrant les poings, ce qui surprend tout le monde, même Krokmou.

« Harold ? » ose demande Varek.

Harold ne dit rien quelques secondes avant de montrer un visage extrêmement grave et de rage. Personne ne l'a jamais vu comme ça. Tout le monde prend peur à son expression, y compris Krokmou. Ils comprennent rapidement que l'heure est très grave, pour qu'Harold, celui qui est le maître du sang froid et de maitrise de ses émotions - sauf en ce moment avec Astrid - soit aussi furieux.

Puis, il grogne de rage:

« Viggo. »

A SUIVRE.




Voilà. J'espère que cela vous a plu.

Quelle sera la réaction d'Harold face à tout ça ? Que compte-t-il faire ? Quelles sont les sentiments et les émotions d'Harold face à ça ?

Vous le serez dans le chapitre 2 Smile

A bientot !


_______________________________________________

"Il y aura toujours Astrid plus Harold. C'est juré."




I love you What a Face Emadurly What a Face I love you  

2 Re: Fic de Fury : Je te sauverai le Sam 26 Mar 2016 - 13:46

Fury-Vipère

avatar
Bonjour,

Je n'ai pas eu le temps de poster la suite ici alors je vous mets le lien. Il y a le chapitre 2, 3 et 4 de publié x)

https://www.fanfiction.net/s/11824901/2/Je-te-sauverai


_______________________________________________

"Il y aura toujours Astrid plus Harold. C'est juré."




I love you What a Face Emadurly What a Face I love you  

3 Re: Fic de Fury : Je te sauverai le Dim 5 Juin 2016 - 11:00

Fury-Vipère

avatar
Bonjour ! ça fait une éternité que j'ai pas publié ici ! Alors voici sans plus tarder le chapitre 5 de cette fic Smile




Chapitre 5 : Sentiments et détermination : les recherches d'Harold et de Krokmou

De retour dans la hutte d'Astrid, Harold et Krokmou commencent les investigations pour tâcher de retrouver la blessée.

Harold s'approche du lit d'Astrid, surtout vers le sang sur le plancher. Il s'agenouille, touche le sang. Il constate qu'il est encore chaud. Alors Astrid n'est pas partie depuis longtemps. Puis, il inspecte le reste de la chambre. Il touche chaque mur, chaque objet, essayant de trouver un indice quelconque. Puis, il reporte son attention sur le sang auprès du lit. Il s'agenouille à nouveau touchant le sang, tout en réfléchissant. Il regarde le lit et à nouveau le sang. Il commence à se faire un schéma dans sa tête. Plus loin, il remarque d'autres traces de sang, mais avec une forme différente. La trace de sang est comme éparpillée, mais il y en a très peu. Il comprend alors qu'Astrid est tombée sur le ventre. Il observe qu'il y a d'autres traces autre que du sang sur le sol. Il ne saurait dire exactement ce que c'est. Mais avec l'intelligence dont il dispose, il comprend qu'Astrid est tombée et a tenté de se relever. Les traces mystérieuses sont sans doute l'œuvre de ses jambes meurtries qui ont essayé de la soutenir, mais étant trop affaiblie, elle s'est écroulée comme une masse. Après ce constat, Harold se relève, s'éloigne du lit en marche arrière, pour essayer d'imaginer la scène.

Astrid s'est réveillée. Sans doute elle n'a vu personne, elle a voulu sortir. Elle s'est assise sur son lit. Tout d'abord précipitamment. Mais la blessure était trop grande. Elle s'est écroulée. Elle a retenté plus doucement. Elle a décalé ses jambes. Elle les a posé doucement sur le sol, avant de se lever. Ça explique les gouttes de sang sur et près du lit sur le plancher. Puis, elle a voulu faire un pas, mais trop affaiblie, elle s'est écroulée à plein ventre. Ça explique la trace de sang. Elle a essayé de se relever. Mais elle est retombée aussi tôt. Mais elle a retenté. Ça explique les traces étranges autour du sang. Sûrement les marques de ses coudes et de ses genoux.

Tandis qu'Harold continue à inspecter la chambre, la furie nocturne le regarde étrangement faire, mais est très attentive aux moindres faits et gestes de son humain. S'il y a bien une personne capable de les retrouver c'est bien Harold. Et ça même Krokmou le sait. Alors il le laisse faire. Après avoir inspecté le sang plusieurs fois, le dragon voit son dresseur se lever pour s'approcher des meubles renversés. En effet, Harold, ayant déduit le début de la scène, continue son inspection. Il pense que la chute des meubles va l'aider à comprendre la suite. Alors il ferme les yeux et reprend son schéma. Il s'agenouille devant un meuble, le touche et réfléchit.

Astrid a dû être incapable de tenir debout toute seule. Elle est bien trop mal au point pour ça. Après plusieurs tentatives ratées à tenir debout, toute seule, elle aurait voulu trouver un appui. Ce meuble est le meuble le plus proche de là où elle était. Ça du être celui ci auquel elle s'est accrochée le premier. Mais elle a dû rater son coup et emporter le meuble avec elle.

Harold finit par ouvrir les yeux doucement et inspecte près du meuble pour trouver des indices. Et il en trouve. D'autres traces de sang. Mais pas seulement. Des marques d'ongles sur le meuble.

Elle s'est bien agrippée au meuble, mais elle est tombée avec. Ces traces de sang … c'est la preuve. Et ces marques d'ongles qui démontrent qu'elle se tenait fortement pour garder l'équilibre, mais que malgré tout ça n'a pas suffit. Elle est tombée à nouveau en emportant le meuble. Ces marques au sol … montrent qu'elle a essayé de se relever, aidée du meuble, mais il n'était plus un appui pour elle, donc elle s'est écroulée à nouveau. Alors elle a dû chercher une autre alternative.

Harold se relève et regarde autour du meuble renversé, avant de regarder le mur. Il s'approche curieusement voyant une marque. Mais, pas n'importe quelle marque. Une marque de main couverte de sang. La main d'Astrid. Harold ouvre les yeux en grand de stupeur.

Elle s'est agrippée au mur. Elle a tenté de se relever après plusieurs échecs et voyant qu'elle allait encore tomber, elle s'est agrippé à leur première chose qu'elle pouvait. Et par chance, elle était près du mur à ce moment.

Harold regarde par terre montrant un signe que la jeune fille a perdu l'équilibre à nouveau, mais il n'y trouve que quelques gouttes du sang, comme près du lit, mais moins abondamment. Il regarde à nouveau le mur, touche la marque avec tristesse. Ensuite, il se retourne vers les autres objets tombés au sol. Il déduit d'autres hypothèses.

Elle a sans doute gardé l'équilibre grâce au mur et a tenté de faire un pas. Elle n'est pas tombée, s'étant tenue fortement au mur. Elle a continué à marcher de cette manière là. Mais il y avait des objets sur son chemin. Elle a tout de même continué. Néanmoins, avec son passage, les objets accrochés au mur, ont perdu leur équilibre et sont tombés au sol. Est ce que ça l'a blessé d'avantage ? Certainement. Astrid tu es une idiote.

Harold continue ses déductions en avançant doucement, suivant le chemin qu'a pris Astrid quelques temps plus tôt. Il finit par arriver devant la porte, où il trouve du sang sur la poignée et une trace de la main ensanglantée de la jeune fille. Il la touche et continue son chemin.

Elle a continué jusqu'à la porte, l'a ouverte et est sortie. Mais pour aller où ?

Harold s'interroge à cette dernière question en sortant, Krokmou le suivant calmement.

Puis, le jeune viking continue ses investigations. Il finit par sortir et voit que le soleil est déjà bien haut dans le ciel. Il se demande combien de temps il est resté à l'intérieur de la hutte d'Astrid, car vu la position du soleil, il ne doit être pas loin de midi. Aurait-il trop traîner à réfléchir à l'intérieur ? Il ne se pose pas trop la question, motivé à retrouver Astrid au plus vite. Il se concentre à nouveau alors sur ses hypothèses.

Une fois sortie, où est ce qu'elle a pu se diriger ? Elle aurait pu aller n'importe où, en voyant la vue qu'on a d'ici. Non. Son temps est compté et vu son état, elle n'aurait pu aller n'importe où. Mais alors où ?

Soudain, Harold tourne la tête et voit que de là où il se trouve, on peut y voir les écuries.

Tempête. Mais suis je bête ! J'aurai dû y penser plus tôt. Tempête a elle aussi disparu. Donc elle est forcément aller aux écuries. Mais pour y accéder, elle aurait dû passer devant le Grand Hall. Ou elle a contourné ? Ça aurait fait du chemin en plus ainsi de la fatigue. Si je veux en avoir le cœur net, je devrais aller voir, si je ne trouve pas d'indices près du Grand Hall.

Harold se dirige donc vers le Grand Hall. Il aurait cru voir ses amis à l'intérieur, mais il se souvient qu'il les a envoyé partout sur l'île à la recherche d'Astrid et de Tempête. Ça vaut mieux comme ça, car il peut investiguer en toute tranquillité. Il commence à chercher des indices dans le Grand Hall, mais il ne trouve rien. Pas une goutte de sang, pas une trace. Rien. Il grogne de frustration. Il était persuadé qu'Astrid est passée par là. Mais il semblerait qu'elle a évité le Grand Hall. Il se demande pourquoi prendre autant de risques. Ne serait ce pour ne pas se faire voir ? Harold enrage. Bien qu'il sait que son chemin doit continuer jusqu'aux écuries, son instinct lui dit de s'arrêter ici, car il manque quelque chose, mais il ne sait pas quoi. Ça l'obsède et le fait enrager.

Krokmou voit son dresseur, commençant à perdre son sang froid devant les investigations. Et en une journée et demi, il a vu ce que ça donne un Harold enragé. Il n'aime pas le voir comme ça. Alors la furie nocturne – voyant qu'il bloque – décide de lui donner un coup de main, et de chercher ce que son humain n'a pas pu voir. Il commence à renifler le sol à la recherche d'une odeur. Mais bizarrement, il ne sent pas l'odeur de la jeune fille. Krokmou comprend vite qu'elle n'est pas passée par ici et il sait dorénavant que c'est ça qui fait perdre le sang froid de son maître. Alors le dragon noir essaye de chercher une odeur plus loin, jusqu'à en sortir du Grand Hall. Arrivant près d'un mur, surplombant un peu le bâtiment, Krokmou s'arrête net. Il a enfin une piste. Une odeur. Une odeur de sang. Le sang d'Astrid. Il se dépêche de se diriger vers cet endroit où la piste est de plus en plus fraîche. Puis à un moment, il s'arrête. L'odeur est la plus forte à cet endroit. Il lève la tête du sol et regarde autour de lui, et notamment sur le mur. Là il voit des traces. Après avoir écarquillé les yeux de surprise, il court retrouver son humain pour le prévenir.

Harold est toujours dans le Grand Hall, lorsqu'il entend le cri de sa furie nocturne. Il se retourne curieusement vers le dragon, qui se dandine sur place essayant de lui dire quelque chose. Il ne comprend pas les gestes de son dragon. Alors Krokmou lui montre la sortie avec sa tête et l'incite à le suivre. Le jeune homme ouvre les yeux en grand, comprenant que son dragon a trouvé quelque chose. Il se dépêche de le suivre jusqu'au fameux endroit. Arrivés sur place, Krokmou se met sur ses deux pattes arrières et montre les traces sur le mur avec ses pattes avants, tout en regardant Harold. Le jeune homme écarquille les yeux et touche les traces avec prudence, comme si elles allaient disparaître à son toucher – tandis que Krokmou se remet sur ses 4 pattes.

« Krokmou tu es un génie. » sourit il.

Le dragon pousse un petit rire, ravi du compliment. Harold sourit devant la réaction de son dragon, avant de reprendre son sérieux et d'examiner les indices trouvés. Comme sur les murs de la hutte d'Astrid, la trace est une trace de main ensanglantée. Il s'agenouille et touche les gouttes de sang par terre. Harold déduit qu'elle est bien passée par là, mais après, il n'y a pas de traces indiquant son passage. La question est pourquoi. Puis, Harold remarque d'autres traces étranges, enfin disons plutôt que l'endroit où elles apparaissant est étrange. Les traces sont toujours cette main ensanglantée, mais elle se retrouve bien trop bas, pour que le mur prouve qu'il a servi d'appui. C'est comme si qu'Astrid s'est appuyée dos contre le mur, ses deux mains la maintenant en équilibre, pour éviter qu'on ne l'aperçoit. Soudain, Harold écarquille les yeux. Il commence à comprendre.

Astrid était en route pour se diriger vers le Grand Hall, mais quelque chose l'a stoppé, et elle s'est cachée derrière le mur. J'ai comme un pressentiment qui me dit que cette chose dont laquelle elle s'est cachée, l'a poussé à prendre cette décision de partir. Mais de quoi se cachait-elle ? Qu'est ce qui l'a poussé à partir ?

Harold ouvre les yeux en grand ayant peut être deviné. Il s'éloigne du mur et aperçoit le Grand Hall. Il comprend que quelque chose s'est passé dans le Grand Hall, ce qui l'a incité à l'éviter, pour sans doute se diriger vers les écuries. Alors Harold décide de suivre les traces et plus loin, il voit en effet, d'autres traces similaires. Même mortellement blessée, Astrid est vraiment douée à être furtive. Harold se demande comme elle a fait ça. Mais il n'a pas le temps de se poser d'autres questions similaires, et suit le chemin qu'Astrid aurait pu emprunter, selon lui. Il faut qu'il se dépêche.

Après plusieurs longues minutes, le chemin, qu'a sûrement emprunté Astrid, a conduit Harold, jusque derrière les écuries. Puis, il voit une autre trace de main ensanglantée, qu'ils n'ont pas vu plus tôt, ne vérifiant jamais cette partie là des écuries. Il en était sûr. Elle est bien passée par là pour rejoindre les écuries. Il continue à longer les murs de l'écurie, jusqu'à l'entrée. Varek se retourne pour le voir curieux.

« Harold ? Que fais tu ici ? »

Mais le jeune homme lève la main vers lui pour l'inciter à se taire pour réfléchir convenablement. Ayant vu d'autres traces de sang, il s'agenouille vers celles ci.

Astrid est tombée à plat ventre là. Serait ce parce qu'elle n'avait plus d'appui ou …

Puis, il lève les yeux vers Varek toujours en réfléchissant. Il écarquille les yeux en comprenant. De là où se trouve Varek, se trouvait Tempête.

Elle a vu sans doute Tempête, qui la sûrement vu aussi. Oubliant ses blessures un instant, elle a voulu la rejoindre, mais la réalité l'a rattrape aussitôt et elle perd l'équilibre et tombe à plat ventre. Mais il y a d'autres traces aussi.

Regardant Harold curieusement, Varek ose l'interrompre : « Harold ? Qu'est ce que tu fais ? »

« Varek dis moi. Es tu allé dans le Grand Hall dans la matinée ? » dit il ignorant la question de Varek.

« Euh ... »

« Réponds moi franchement. »

« Oui. »

« Quand ? »

« Avant que je remarque la disparition d'Astrid. J'étais allé lui chercher de l'eau fraîche pour sa fièvre et des torchons pour ses blessures. »

« Elle avait de la fièvre ? » demande surpris Harold.

« Oui. Elle transpirait et j'ai remarqué qu'elle était brûlante. »

Elle était brûlante de fièvre et a réussi à faire tout ça ?

« Qu'as tu dis ou fais lorsque tu y étais ? »

« Dis ou fais ? » ne comprend pas Varek.

« As tu fais quelque chose, ou parler à toi même ou à Bouledogre ? »

« Euh … Je parlais à Bouledogre et mon inquiétude ... » hésite-t-il

« Varek. »

« Je m'inquiétais pour toi et j'espérais que malgré ce que tu m'avais dit, que tu n'allais pas voir Viggo pour chercher l'antidote seul. »

Harold écarquille les yeux, choqué et en comprenant quelque chose.

C'est ça ! Astrid a entendu les paroles de Varek et c'est ce qui l'a poussé à partir ! Mais je ne comprends toujours pas sa motivation. Elle aurait été incapable de faire quoi que ce soit dans son état. Alors où est elle allée ?

En pensant à ça, Harold se concentre à nouveau sur les traces au sol. Varek, ne voulant plus l'interrompre, le regarde faire. Il n'a jamais vu Harold comme ça. Si mature, si autoritaire. Il se comporte comme un chef et Varek en est impressionné.

Le fils du chef de Berk se détourne des traces de sang quelques instants, pour y découvrir d'autres traces : une patte de dragon vipère.

Tempête a finalement rejoint Astrid. Mais comment ? La poison et ses blessures devraient la neutraliser … Enfin tu me diras comme Astrid. Aussi bornée l'une que l'autre.

Harold relève la tête vers le boxe de Tempête où se tient Varek. Celui ci en voyant qu'Harold le regarde sérieusement, commence à paniquer. L'héritier de Berk se relève – toujours avec ce regard sérieux – et se dirige vers le box. Varek s'écarte de son chemin, le laissant continuer son enquête. Arrivé au box, il s'agenouille et touche le sol. Par chance, les plaies de la dragonne n'avaient plus l'air de saigner. Il y a très peu de traces. Juste une trace prouvant que la dragonne était couchée là. Mais une trace similaire à ce qu'il a découvert plus loin.

Se pourrait il que Tempête a essayé une première fois de se relever, mais elle est tombée illico. Il semblerait.

Harold se relève, regarde vers la sortie, recule en imaginant la scène – sous l'œil curieux de Varek.

Le regard d'Astrid et de Tempête s'est croisé. Sans doute, elles étaient ravies de se revoir et ont voulu se précipiter. Mais étant trop affaiblies, elles se sont écroulées. Astrid devrait être dans un état pire que Tempête. Alors elle n'a pas dû réussir à se relever. Tempête, elle par contre, vu les traces qu'il y a dans son box, a dû retenter et s'est levée doucement. Jusqu'à Astrid.

Le jeune homme avance jusqu'aux traces de sang, près de la sortie.

Tempête a fini par rejoindre Astrid. Mais elle ne s'est pas relevée toute seule. Il n'y a pas les mêmes traces que dans sa hutte. Tempête a dû l'aider et elle lui a gardé son équilibre.

Harold contourne les traces et s'agenouille en remarquant d'autres traces de pattes de Tempête.

On dirait qu'elle a sauté. Pourquoi ? Empêcher Astrid de partir ? Possible.

Puis, le jeune homme remarque encore d'autres traces de Tempête, puis une trace qui prouve qu'elle s'est couchée.

Tempête est venue près d'Astrid et s'est couchée. Pourquoi ? Et puis ces gouttes de sang … Il y en a de moins en moins comme si qu'Astrid était transportée … Oh mais attends ! Mais bien sûr ! Astrid est montée sur son dos ! Mais vu son état c'est impossible ! Elle ne devrait pas avoir assez de forces ! Mais … Tu me diras tout le chemin qu'elle a accompli semble impossible aussi … A moins que … Que Tempête l'a aidé à monter. Oui c'est sans doute ça. Une fois Astrid sur son dos, elles sont parties de l'écurie. Mais pour aller où ? Tempête ne devrait pas être capable de voler … Mais bornée comme sa maîtresse …

Réalisant cela, Harold regarde, déterminé, la sortie de l'écurie. Alors il se précipite à l'extérieur.

« Varek suis moi ! » ordonne-t-il.

Son ami en question obéit sans discuter. Il pense vraiment qu'il n'y a qu'Harold qui puisse la retrouver.

Arrivé au bout de la piste d'atterrissage et de décollage, Harold regarde l'horizon, cherchant un indice.

Saloperie ! Si elles se sont envolées, impossible de suivre leurs traces ! Mais comment elles ont pu voler dans l'état de Tempête ? Tu me diras Tempête à voler jusqu'ici, blessée … Mais le poison se propage d'avantage et devrait la clouer au sol !

« Merde ! » crie Harold, enragé en regardant inconsciemment vers le bas.

Mais, en voyant un détail, il se calme illico et regarde plus attentivement en s'agenouillant. Puis, il se dirige en courant vers Krokmou et l'incite à décoller pour se diriger vers ce détail. Varek sur Bouledogre les suivent. Harold arrête Krokmou en planant vers un arbre, où les branches se sont brisées.

« On dirait que quelque chose est tombé là. » dit Varek.

Harold ne répond pas, mais n'en pense pas moins. Puis, il dirige Krokmou plus bas doucement, pour constater les dégâts qu'a subi l'arbre, avant d'atterrir près de celui ci. Il regarde vers le haut, voyant toutes les branches brisées, ainsi qu'au sol, voyant les dégâts et le buisson qui semble avoir amorti quelque chose. Soudain, il comprend.

J'ai compris ! Elles ne se sont pas envolées, étant trop faibles. Tempête a sauté et elles ont chuté. L'arbre et le buisson ont amorti leur chute. Espèce d'imbécile Astrid. Tu veux vraiment te faire tuer ou quoi ?

Harold descend de Krokmou et s'agenouille pour y voir les traces de Tempête. Il lève les yeux vers la direction qu'elles ont pris.

« Varek va chercher les autres. Moi je suis cette piste. »

« Comment on fait pour vous retrouver ? »

« Krokmou lancera des tirs plasmas dans les airs. Dépêche toi. »

« Oui compris ! » dit Varek avant de décoller avec Bouledogre.

« Krokmou suivons les traces. »

Alors après un grognement, Krokmou reste bien vigilent en suivant son humain. Curieusement, ils arrivent sans trop de mal à repérer les traces laissées par Tempête. Mais ils restent vigilent. Ils ne sont jamais passés par ici. Ils traversent une partie de la forêt où ils ne se sont jamais aventurés. Au bout de plusieurs minutes de recherche, de piste, ils entendent la mer. Harold trouve curieux alors il se met à courir, jusqu'à se retrouver devant un immense rocher, cachant même le soleil de là où il est.

« C'est une blague ? » n'en revient pas Harold.

Décidément la rive du dragon a encore des choses à faire découvrir. Harold ne savait pas que ce paysage existait avant aujourd'hui. Mais malheureusement, il a pu suivre les traces, car elles sont imprégnées dans la terre. Devant lui, se trouve des rochers et la mer.

« Comment je fais maintenant pour suivre leurs traces ? » s'inquiète Harold.

Krokmou le pousse avec son museau pour le rassurer. Harold se retourne vers son dragon et lui sourit. Puis, il reprend son air sérieux.

« Krokmou lance le signal. »

Aussitôt demandé, aussitôt fait, la furie nocturne lance des tirs plasmas dans les airs, permettant d'indiquer leur position à leurs amis.

Au bout de plusieurs longues minutes – interminables pour Harold – la bande arrive. Mais les jumeaux sont aussi de la partie, alors que Gothi - étant pour les recherches plus tôt - n'est pas parmi eux, ce qui surprend Harold.

« Krane, Kogne, qu'est ce que vous faites là ? »

« On a l'antidote ! » dit Kognedur

« L'antidote on a ! » affirme son jumeau

« C'est vrai ? Super ! On va pouvoir au moins guérir Tempête ! » reprend espoir Harold.

« Harold pourquoi tu nous as attiré ici ? » demande Rustik sceptique.

« J'ai suivi une piste jusque là et … Attends une minute Rustik ? Gothi n'était pas avec toi ? »

« J'ai dû la perdre en chemin... » ment-il

« Va la chercher immédiatement ! Si Astrid et Tempête sont dans le coin, on aura besoin d'elle. »

« Mais Harold ... »

« Maintenant ! » dit le jeune homme autoritairement, si bien que Rustik ne discute pas d'avantage et s'envole.

Puis l'héritier de Berk se retourne vers le rocher et commence à s'avancer prudemment.

« Harold … » essaye d'arrêter Varek.

« Restez près de moi. »

Arrivés près d'un premier petit rocher, Harold l'examine pour voir s'il ne trouve pas d'indices, mais comme il le pensait plus tôt, les traces sont plus difficiles à remarquer avec la roche. Alors il se retourne vers son dragon.

« Krokmou. Dis moi si tu sens quelque chose. »

La furie nocturne le dépasse et commence à renifler la roche. Ses yeux s'agrandissent, reconnaissant l'odeur de la dragonne. Alors, il saute sur un autre rocher et se remet à renifler. Trouvant la même odeur, il suit la piste.

« Il a une piste ! Suivons le ! » ordonne Harold en courant pour rejoindre son dragon.

Après plusieurs minutes de course et de sauts de rocher en rocher, ils arrivent vers le plus gros. Mais Harold et les autres font une découverte qui les clouent sur place.

« Harold c'est... » commence Varek.

« Ce n'est pas un rocher. C'est une caverne. Je n'arrive pas à le croire. »

« Mais il fait tout noir là dedans ! Comment on va voir ? » demande Kognedur.

« Krokmou va nous guider. Vas y mon grand. »

Le dragon noir passe en premier et utilise ses sons nocturnes pour se repérer et commence à orienter les dragonniers et leurs dragons à travers la caverne obscure.

Au bout de plusieurs minutes – d'angoisse pour Varek – ils voient enfin un bout de lumière.

« Il semblerait qu'il y a une sortie. Allons y. » affirme Harold en courant, distançant les autres.

Au fur et à mesure qu'ils approchent, la lumière est de plus en plus forte, jusqu'à les éblouir totalement quelques secondes avant de découvrir quelque chose. Harold s'arrête net, choqué par ce qu'il voit.

« Dis moi pas que ce n'est pas vrai ... »

A SUIVRE.


_______________________________________________

"Il y aura toujours Astrid plus Harold. C'est juré."




I love you What a Face Emadurly What a Face I love you  

4 Re: Fic de Fury : Je te sauverai le Dim 5 Juin 2016 - 12:28

krokmou-emma

avatar
J'avais jamais vu que tu l'avais mise ici *facepalm* XDD


_______________________________________________
"Ce que tu cherche, Harold , c'est pas là bas . C'est la dedans , peut être que tu l'a pas encore trouvé !" 

"- Excusez-moi, suis-je intervenu. Mais si vous comptez me tuer, ça vous dérangerait de le faire maintenant et d'en finir ?"

"I HAVE A CHICKEN"


 Emadurly  Cool  Cool

5 Re: Fic de Fury : Je te sauverai le Lun 6 Juin 2016 - 21:35

Fury-Vipère

avatar
On est doué ou on ne l'est pas Emma :p

Voici le chapitre 6 ! Bonne lecture !






Chapitre 6 : La caverne secrète
Astrid et sa dragonne ont fini par s'endormir, à cause de leur état. Mais malgré tout, Tempête réussit à rester aux aguets, surtout vu la faiblesse de sa maîtresse. Pourtant, la dragonne l'a emmené ici pour être justement tranquille, mais c'est un dragon vipère. Toujours aux aguets. Et elle le fait bien.

Soudain, elle entend un bruit. Elle ouvre les yeux, pupilles rétrécies et commence à grogner. Son grognement réveille son humaine.

Astrid ouvre doucement les yeux se demandant ce qui se passe. Elle regarde son environnement, au début confuse, elle finit par se souvenir où elle se trouve. Puis, elle tourne la tête doucement vers sa dragonne, qui regarde la sortie – mais aussi l'entrée de la caverne.

« Qu'est ce qu'il y a Tempête ? » demande-t-elle faiblement.

Comme simple réponse, la dragonne grogne d'avantage, et cette fois, sort ses épines, prête à se défendre, elle et son humaine.

« Quelqu'un vient ? Ou quelque chose ? » déduit Astrid.

C'est mauvais. Ni moi ni Tempête nous sommes en mesure de nous défendre. Mais je croyais que cette caverne était secrète … à moins que ce ne soit un dragon qui vient souvent ici, sans qu'on ne l'a su … Pense-t-elle

Astrid, trop affaiblie et incapable de se défendre, ferme les yeux avant de les rouvrir pour tourner sa tête vers le sommet de la caverne et le cratère lui permettant de voir le ciel.

Peut être est ce juste la mort qui arrive plus vite que prévu, pense-t-elle.




Harold n'en croit pas ses yeux. Une caverne, non une clairière fleurie avec un lac au fond d'une caverne, qui était jusqu'ici sombre et glauque. Mais ce qu'il voit, est juste le paradis. Comment ils n'ont pas pu trouver cet endroit avant aujourd'hui ? Il faut dire qu'elle était bien cachée et s'ils n'avaient pas suivi la trace d'Astrid et de Tempête, ils ne l'auraient sans doute jamais trouvé. Harold avance un peu plus encore dans la clairière, admirant – en souriant – chaque recoin, en oubliant presque la raison de sa présence ici. Puis, il regarde vers le lac et essaye de comprendre pourquoi il y a tant de lumière dans cette clairière. Et là son sourire se fane illico, ses raisons de sa présence ici revenant à grandes envolées. Près du lac, il reconnaît aussitôt le corps de Tempête – la dragonne le regardant avec méfiance – et Astrid posée contre son flanc. Il se stoppe choqué par cette scène, alors que le paysage est magnifique.




Tempête sent les intrus s'approcher de plus en plus, mais ses sens sont troublés à cause du poison, donc elle n'arrive pas à identifier qui ils sont. Mais elle sent des dragons et des humains. Instinctivement, elle approche sa queue – épines sorties – près d'Astrid pour la protéger, car elle sait que sa maîtresse ne pourra pas se défendre. Elle non plus d'ailleurs. Mais quitte à mourir, autant mourir en se battant. Les intrus se rapprochent de plus en plus. Elle sent qu'Astrid a du mal à respirer contre son flanc. Elle secoue ses naseaux énergiquement, montrant son état de stress et d'énervement. Maintenant, elle ne sent plus seulement les intrus. Elle commence à y voir des ombres. Elle grogne d'avantage. Les intrus se montrent, enfin à la lumière de la clairière. Tempête écarquille les yeux de surprise. Elle ne s'attendait pas à les voir, eux. Elle se dit que c'est peut être le poison qui lui joue des tours et que c'est impossible. Elle regarde alors les intrus d'un air méfiant. Mais quand elle voit un des intrus se montrer encore plus à la lumière et que son regard rencontre le sien, elle ne doute plus. C'est bien lui. Elle voit que l'intrus la regarde choqué et sans voix. Cette réaction confirme à 100 % que c'est bien lui. Alors la dragonne commence à se détendre.




Harold voit Tempête le regarder avec méfiance avant de baisser sa garde, voyant que c'est lui l'intrus. Mais lui, il est toujours choqué quelques minutes, avant de se reprendre en main et de se diriger vers la dragonne et sa maîtresse en hurlant, suivi de sa furie nocturne.

« ASTRID ! »

La jeune fille en question ouvre les yeux doucement en entendant son nom, mais surtout sa voix à lui. Elle tourne doucement la tête vers le jeune homme qui court dans sa direction. Harold se précipite vers elle à toute vitesse, avant de s'agenouiller à sa hauteur, alors que Krokmou se précipite vers Tempête. Le reste de la bande, après s'être émerveillés de l'endroit et d'avoir entendu Harold hurler, se dirige plus lentement vers les blessés, se méfiant de l'imprévisibilité du jeune homme. Ils se trouvent donc à quelques mètres d'eux.

Krokmou frotte son museau contre la joue de Tempête pour la saluer, et aussi montrer qu'il était inquiet. Tempête lui rend volontiers cette marque d'affection. Et ils ronronnent oubliant la scène de leurs humains.

« Astrid bon sang ! » panique Harold.

« Harold ? Qu'est ce que tu fais là ? »

« Tu me poses vraiment la question ? Tu croyais que j'allais rester sans rien faire, après que tu t'es enfuie ? »

« Comment tu m'as retrouvé ? »

« J'ai suivi la piste qui m'a emmené directement à cet endroit. Astrid pourquoi tu es partie ? »

La jeune fille ne dit rien, ferme les yeux, tourne la tête vers le ciel et rouvre les yeux doucement.

« Si je dois mourir, ... je veux que je sois ici. »

« Quoi ? Astrid tu ne vas pas mourir ! »

« Harold tais toi et ... regarde. »

Le jeune homme la regarde incrédule, avant de voir qu'elle regarde le ciel. Alors il tourne la tête dans sa direction, et ouvre les yeux, stupéfié. Jusque là, il ne l'a pas vu, mais cette clairière, non cette caverne secrète a un cratère offrant une vue magnifique sur le ciel, et notamment, on peut y voir la course du soleil. La nuit, la vue doit être encore plus magnifique. Il comprend aussi pourquoi il y a tant de lumière ici. Harold s'assoit à côté d'Astrid, émerveillé parce qu'il voit.

« C'est magnifique. »

« Voilà pourquoi ... je suis venue ici. Je ne veux ... pas mourir ... en voyant le plafond de ma hutte... En étant enfermée... Au moins ici, ... je mourrais avec une belle vue ... sur le ciel. »

Harold se retourne précipitamment vers elle entre le choc et l'énervement.

« Ne dis pas ça ! Tu ne vas pas mourir ! »

Astrid le regarde en disant : « Ah ouais ? Et qu'est ce qui te fait dire ça ? »

« Je te sauverai ! Je te soignerai ! Je trouverai l'antidote et je te sauverai ! Je ne te laisserai pas mourir ! »

Astrid le regarde avec peine, pensant à la révélation qu'elle s'apprête à lui dire : « Harold … Je ... »

Mais le jeune homme lui coupe la parole en se retournant précipitamment vers les jumeaux.

« Kogne, Krane, l'antidote que vous avez trouvé ! »

Astrid le regarde curieusement. Kranedur s'approche d'Harold pour lui tendre un flacon. Puis, le jeune homme se tient devant la gueule de Tempête. Alors Astrid comprend et écarquille les yeux.

« Tu as trouvé un antidote pour Tempête ? »

« Oui. Et de la même manière que je vais trouver un antidote pour toi. Tempête ouvre la bouche et avale. »

Avec le peu de force qu'elle dispose, la dragonne obéit. Harold lui verse le contenu du flacon et attend le résultat. Mais au bout de plusieurs longues minutes, les effets ne semblent toujours pas arriver. Harold s'inquiète. L'état de Tempête ne s'est pas amélioré du tout. Ça n'a même eu aucun effet. Il regarde le flacon et se retourne vers les jumeaux.

« Vous êtes sûrs que c'est bien l'antidote contre les fleurs bleus de laurier rose ? »

« Oui ! On a même vérifié plusieurs fois ! »

« Alors pourquoi ça ne marche pas ! » s'énerve Harold.

« Parce qu'il te manque un ingrédient. » intervient doucement Astrid en fermant les yeux.

Harold se retourne vers elle avant de la rejoindre.

« Que veux tu dire ? »

« Viggo a dit ... qu'il l'avait empoissonné ... avec une substance des fleurs bleus de laurier rose et autre chose... Je ne sais pas ce que c'est ... Mais je suppose ... que cette autre chose, ... empêche l'antidote du venin ... de l'ébouillantueur ... d'agir. »

« Ce n'est pas vrai … Il nous faut Gothi. Allez voir où en est Rustik avec Gothi. Il nous la faut sur le champ ! » ordonne le fils du chef à ses amis, qui décollent immédiatement.

Une fois partis, Astrid regarde tristement Harold s'agiter avec énervement. Elle brise le silence.

« Harold. Il faut que je te parle. »

Le jeune homme arrête de se remuer sur place et la regarde inquiet.

« Quoiqu'il puisse m'arriver, ... ne va pas voir ... Viggo. »

« Pourquoi ? »

« Parce qu'il va te tuer ... à la seconde même ... où tu le croiseras. »

« Sauf si c'est moi qui le tue en premier. »

« Harold. C'est un type dangereux. Tu ne peux pas ... agir comme on l'a fait ... pour nos autres ennemis. »

« Astrid. Quoiqu'il m'en coûtera, je n'ai pas l'intention de te laisser mourir. Je vais trouver l'antidote. Pour vous deux. »

« Harold … Bon sang, c'est pour ça que je suis partie... » dit elle en détournant le regard, exaspérée.

Le jeune homme fronce les sourcils en entendant ça. Malgré lui, sa colère commence à revenir.

« Tu croyais qu'en disparaissant j'allais abandonner ? »

« Non. Tu es plus borné ... qu'un dragon. Mais, je savais que ... du coup, ... tu allais me chercher et ... de ce fait, ... tu n'allais pas courir... après Viggo. Non seulement ... tu m'as trouvé, ... mais en plus, ... plus rapidement que je l'aurais cru. »

« Rapidement ? J'ai mis la journée à te retrouver ! »

« Oui et il me reste une journée à vivre. » dit elle en le regardant.

« Ne dis pas ça ! » crie-t-il en fermant les yeux.

« Harold il faut que tu saches ... »

« Non tais toi ! Je ne te laisserai pas mourir ! »

« Tu n'auras pas le choix pourtant. »

« On a toujours le choix ! »

« Pas cette fois. »

« Tais toi Astrid ! »

« Harold ... »

« Non tais toi ! »

« Pourquoi tu t'énerves comme ça ? »

« Parce que tu as arrêté de te battre et tu attends la mort ! Tu es plus battante que ça d'habitude ! »

« Je suis réaliste. »

« Non tu as baissé les bras ! »

« Non parce que je sais quelque chose ... d'inévitable. »

« Et c'est quoi hein ? Que tout le monde finit par mourir ! Moi vivant hors de question que je te laisse mourir ! »

« Harold arrêtes un peu. Il y a deux jours... tu voulais m'étriper pour ... ma soi disant trahison. Tu me détestais... pour mon secret ... avec Ingrid. »

« Je ne t'ai jamais détesté ! Au contraire ! Je t'ai toujours aimé ! C'est pour ça que tes secrets m'ont fait aussi mal ! »

Astrid écarquille les yeux, choquée. Est ce qu'elle a bien entendu, ce qu'elle a entendu ?

« Qu'est ce que ... tu viens de dire ? »

« Rien oublie. Ça n'a pas d'importance. » dit il en lui tournant le dos.

La jeune fille fronce les sourcils, mécontente. Il fait toujours ça quand il s'agit de ce qu'il ressent. C'est aussi pour ça qu'ils n'ont pas arrêté de se disputer dernièrement. Mais vu qu'il ne lui reste qu'une journée à vivre, elle ne compte pas lui laisser le dernier mot cette fois. Alors oubliant quelques secondes son état, elle a voulu se précipiter à se relever en s'énervant.

« Comment ça, ... ça n'a pas d'importance ? Tu ne peux pas me dire ça ... comme ça, ... et dire après ... ça n'a pas d'importance ! Harold espèce de ... »

Mais elle ne finit pas sa phrase, car une violente douleur la stoppe net, et elle commence à cracher du sang. Harold se retourne inquiet en entendant sa toux. Paniqué, il se dirige précipitamment vers elle.

Mais Tempête a bien vu aussi la toux de sa maîtresse, alors précipitamment, elle dirige sa tête vers la jeune fille, inquiète, suivie de Krokmou.

« Astrid ! » crie il en s'agenouillant près d'elle.

La jeune fille repose sa tête sur le flanc de sa dragonne, en soufflant bruyamment pour retrouver sa respiration.

« Ça ... Ça va. Ça va aller. » dit elle en essayant de les rassurer, bien que ça ne marche pas des masses.

Harold, inquiet, la regarde droit dans les yeux, et commence à voir l'étendue de son état. Elle est d'une pâleur à faire peur. On dirait presque qu'elle est morte, si elle ne respirait pas - certes difficilement, mais au moins elle respire. Puis, il voit enfin le sang sur son abdomen à travers sa tunique. Il écarquille les yeux, choqué.

« Astrid … Tes blessures se sont rouvertes ? »

« Peut être bien. » avoue-t-elle.

« Ce n'est pas vrai ... » s'énerve-t-il en commençant à déchirer ses vêtements pour en faire un pansement.

« Harold ça n'a pas d'importance. » en essayant de l'arrêter bien que ça ne marche pas vu l'entêtement du jeune homme.

« C'est toi maintenant qui me dit ça. »

« Moi j'ai une bonne raison. Je vais mourir ... dans tous les cas. Que ce soit ... par mes blessures,... ou le poison. »

« Astrid ! Jamais je ne te laisserai mourir ! Je trouverai l'antidote ! » affirme-t-il en haussant la voix, tout en soulevant doucement la tunique de la jeune fille, pour arrêter le saignement avec son vêtement déchiré.

« Si seulement c'était possible ... »

« Ta confiance en moi me fait peur. » dit il avec sarcasme.

« Je te confierais ma vie. »

« Et pourtant tu ne le fais pas là. »

« Parce que … Harold tu ne peux pas me sauver. Pas cette fois. »

« Tu veux parier ? En quoi c'est différent des autres fois ? »

« Il n'y a aucun moyen de me sauver. »

« Si. Il y a cet antidote. »

« Il n'existe pas. »

Harold la regarde surpris quelques instants, ne comprenant pas, ses mains toujours appuyées sur les blessures de la jeune fille pour stopper l'hémorragie.

« Quoi ? »

« Il n'existe pas d'antidote. »

La jeune homme écarquille les yeux, choqué - en même temps sa pression sur les blessures d'Astrid diminue à cause de son choc - alors Astrid continue : « C'est un piège de Viggo. Il n'y a pas d'antidote. Il veut juste t'attirer, ... pour te tuer, ... tuer Krokmou, ... te prendre l'œil de dragon. »

« Non ... »

« C'est ce que ... j'essaye de te dire ... depuis toute à l'heure. Voilà pourquoi ... je suis venue ici ... pour y mourir. Voilà pourquoi je suis ... venue ici pour t'attirer ... partout sauf auprès de Viggo, ... t'occuper. Voilà pourquoi je te dis ...que tu ne peux pas ... me sauver. Il n'y a pas ... d'antidote ... pour moi. Je suis condamnée. »

« Arrêtes … Tais toi ... » dit il doucement en tremblant, yeux fermés.

« Harold. Vois la vérité en face. Tu ne peux plus rien ... pour moi. »

« Hors de question que je t'abandonnes ! » hurle-t-il.

Astrid, au début surprise du ton, reste bouche bée avant de reprendre : « Tu ne m'abandonnes pas. Tu me laisses partir. »

« NON ! » hurle-t-il en secouant la tête.

« Pourquoi ? »

« Tu comptes trop pour moi ! Je ne peux pas t'abandonner ! Je ne peux pas te laisser mourir ! »

« Harold … Si vraiment je comptes pour toi … Tu ne peux faire qu'une chose : sauver Tempête. »

« Ne dis pas ça ... »

« Voilà pourquoi je ne voulais pas que tu me trouves ... »

« Je ne peux pas t'abandonner ... » finit il par dire en s'effondrant dans ses bras.

« Ce n'est pas un abandon. »

« Si ! » hurle-t-il en se relevant brusquement - oubliant la pression qu'il faisait sur les blessures ouvertes de la jeune viking pour arrêter le saignement. « Viggo n'a pas d'antidote ? Fort bien ! Je le trouverai moi même ! Je n'abandonnerai pas ! Jamais ! Je continuerai à me battre jusqu'à ce que tu sois sauve ! »

« Et comment tu comptes faire ? Il me reste une journée à vivre. »

« Je trouverai. Par tous les moyens. Mais Astrid, mais toi ça bien dans le crâne, JAMAIS, tu m'entends, jamais, je ne te laisserai mourir ! »

Astrid écarquille les yeux face à la détermination du jeune homme. Jamais, elle ne l'a vu aussi … mature, déterminé.




Mais avant qu'elle ne peut dire un mot, un bruit les attire vers la sortie. Instinctivement, les dragons se mettent à grogner férocement. Krokmou se place devant Tempête, ailes déployées pour la protéger, alors qu'Harold a la main sur la manche de son épée, prêt à se défendre. Soudain, apparaissent Rustik, Varek, les jumeaux, mais aussi Gothi avec leurs dragons. Harold et Krokmou se détendent aussitôt. La furie nocturne se retourne vers la dragonne mourante, se couche près d'elle, et commence à lui lécher ses blessures pour la soigner. La dragonne pose sa tête au sol, laissant le mâle faire. Harold soupire aussi de soulagement en voyant arriver ses amis, mais surtout Gothi. En parlant de la vieille guérisseuse, en descendant de son dragon, elle s'émerveille comme les autres face au paysage qu'elle a devant les yeux, avant qu'Harold ne la rappelle à l'ordre. Alors elle voit Astrid et Tempête, blessées et elle se dirige vers elles. Elle va d'abord voir Astrid. Avec des gestes des mains, elle demande à Harold de coucher Astrid sur le dos. Une fois fait, elle lui demande de reculer pour qu'elle puisse l'examiner. Il obéit sagement et part rejoindre ses amis. Elle commence à faire le tour de son corps, avant de s'agenouiller pour examiner ses blessures. Elle soulève sa tunique, voyant le sang à travers le vêtement. Elle fronce les sourcils voyant les dégâts. Elle soigne donc les blessures, notamment celles rouvertes. Puis, elle demande à Harold de s'approcher pour l'aider à l'asseoir, pour qu'elle puisse voir les blessures dans son dos. Le jeune homme obéit, mais au fond de lui, il bouille de rage, voyant ses blessures encore une fois. Il avait eu la même réaction lorsqu'elle était revenue, et qu'il avait été incapable de réagir autrement que par la colère. Mais cette fois, il se contrôle surtout en pensant à ce que lui a dit Astrid. Ce n'est plus seulement la colère qu'il ressent. Mais une grande peur et incertitude. Oui parce que même s'il lui a affirmé qu'il trouverait un moyen de la sauver, cette fois, il a vraiment peur de la perdre. Cette peur n'a jamais été aussi grande.

Ensuite, il reçoit le signal pour qu'il puisse la recoucher sur le dos. Il reste à genoux, alors que la vieille femme continue son examen. Soudain, elle se retourne vers la dragonne et fait le même schéma que pour Astrid. Tempête est autant blessée qu'Astrid, et des blessures similaires apparaissent sur tout son corps. Harold à ce moment là, se demande vraiment ce que Viggo a pu leur faire comme tortures. Une fois terminée avec Tempête, ses bandages refaits et blessures soignées, Gothi revient vers Astrid. Elle s'agenouille, sort une aiguille de son sac, la pique au niveau des poumons, puis porte le sang sur l'aiguille à sa bouche. À ce goût, la vieille femme écarquille les yeux d'horreur. Elle recrache aussitôt et termine les soins. Une fois fait, la vieille guérisseuse se relève, suivie d'Harold. Le jeune homme est sceptique quand à la réaction de Gothi.

« Gothi qu'est ce que tu as découvert ? »

La vieille femme commence à marcher vers la bande, prend son bâton et commence à écrire sur le sol. Varek traduit.

« Ses blessures sont très graves. Mais ce qu'elle a dans le sang, l'est encore plus. »

« Tu sais quel est le poison ? » demande Harold avec espoir.

« Malheureusement. » traduit Varek.

« Comme ça malheureusement ? » demande Harold sceptique.

« C'est un poison extrêmement rare et violent. Je pensais que c'était qu'un mythe, mais tous les signes sont là, et ça a le goût. »

« De quoi tu parles Gothi ? » s'inquiète de plus en plus Harold.

Gothi soupire avant de reprendre ses dessins, traduits par Varek : « C'est un poison de manti … Attends quoi ? De manticore ? » crie Varek choqué.

« De manticore ? » demande Harold, ne comprenant pas sa réaction.

« C'est quoi un madigore ? » demande Kranedur

« Manticore triple buse ! » intervient Rustik.

« La manticore est une créature mystique des profondeurs de l'océan. La légende raconte que la manticore des mers et le scorpion des mers se battent continuellement en duel, provoquant les raz de marées. » informe Varek.

« Mais ce sont des légendes ? » demande Harold.

« Je le pensais ... » s'inquiète Varek

« Gothi … Ce sont bien des légendes... » s'inquiète Harold.

La vieille femme recommence à écrire sur le sol.

« Lors de ma formation de guérisseuse, j'ai eu info sur les poisons de manticore et de scorpion des mers. Bien sûr tout le monde pensait que c'était que légendes. Mais il y a des histoires sur les poisons de manticore et de scorpion des mers. Il est dit que si un être vivant, humain comme dragon, est touché par le venin d'un manticore, seul le venin du scorpion des mers peut lui sauver la vie. Et inversement. »

« Alors il suffit de trouver un scorpion des mers ? » reprend espoir Harold, devant le regard peiné des autres.

Gothi secoue la tête avant de continuer ses dessins : « Ce sont des légendes. Et même s'ils existaient, on a aucune idée de savoir où ils sont. Et Astrid n'a pas assez de temps pour ça. »

« Astrid a été empoissonnée par un venin de manticore. Donc ce ne sont pas des légendes ! »

« Mais il ne lui reste pas assez de temps pour trouver l'antidote. »

« Gothi tu peux forcément faire quelque chose ! Je t'en supplie ! »

La guérisseuse secoue la tête doucement avant de lui répondre : « La seule chose que je peux faire, c'est d'atténuer la douleur. Elle mourra demain au coucher du soleil au plus tard. Soit elle mourra du poison, soit de ses blessures. » traduit mal à l'aise Varek.

« Non Gothi ... »

« Je suis désolée. Je suis impuissante. »

Harold la regarde complètement abattu, avant que Krokmou pousse un gémissement dans leur direction. Le jeune homme regarde Tempête et écarquille les yeux. Il se retourne vers la guérisseuse.

« Et Tempête ? Pourquoi l'antidote n'a pas marché ? »

« Il semblerait qu'elle a autre chose dans son sang qui bloque l'effet de l'antidote. Je n'ai pas pu trouver ce que c'était. »

« Elle ne va pas mourir ? » s'inquiète Varek.

La vieille femme secoue la tête pour affirmer son incertitude.

« Tu doit trouver un moyen Harold. »

Tout le monde se retourne à cette voix. C'est Astrid qui vient de parler. Avec difficulté, elle essaye de s'asseoir pour se poser contre le flanc de sa dragonne.

« Astrid ! » crie Harold en se dirigeant vers elle avant de s'agenouiller à sa hauteur.

« Il y a un moyen de la sauver ... elle. Tu dois le trouver. »

« Je vais trouver un moyen de vous sauver toutes les deux. »

« Tu as entendu Gothi. Et c'est qu'elle a dit, ... confirme que ... Viggo disait la vérité. »

« Que veux tu dire ? Tu étais au courant ? »

Astrid hoche la tête doucement.

« Que le venin de manticore ... était dans mon sang. Et que ... la seule façon de me ... sauver était le venin du ... scorpion des mers, qu'il n'a pas. »

« Il aurait pu mentir. »

« C'est vrai. Mais pourquoi il l'aurait fait ? »

Harold ne dit rien, mais fronce les sourcils, déterminé. Il se relève et se retourne vers ses amis.

« Très bien les gars. On a très peu de temps devant nous, alors on se dépêche. Varek. Tu vas réunir tous les gronks de l'île et des environs. Trouves un moyen de les faire obéir par toi ou Bouledogre. »

« Mais Harold ... »

« Ne discutes pas ! Kogne, Krane. Avec Rustik, vous allez me construire des pièges et des armes les plus explosifs possibles. Qu'ils soient imposants ou discrets. Je veux de tout et le plus possible. »

« Génial ! » hurle les jumeaux en se frappant la tête, alors que Rustik se frappe les poings aussi enthousiaste.

« Vous avez jusqu'au lever du soleil, demain matin. »

« Entendu ! » hurlent-t-ils tous à la fois, avant de disparaître de la caverne.

« Gothi, toi trouve un moyen pour Astrid et Tempête. S'il te plaît. »

La guérisseuse soupire avant d'hocher la tête et de partir à son tour avec son dragon, hors de la caverne, ne laissant plus qu'Harold, Astrid, Krokmou et Tempête.

Quant à la jeune fille, elle le regarde incrédule, ne l'ayant jamais vu comme ça.

« Harold ? Qu'est ce que tu prépares ? »

Le jeune homme se retourne vers elle, déterminé comme jamais.

« La guerre. »

A SUIVRE.


_______________________________________________

"Il y aura toujours Astrid plus Harold. C'est juré."




I love you What a Face Emadurly What a Face I love you  

6 Re: Fic de Fury : Je te sauverai le Sam 11 Juin 2016 - 10:59

Fury-Vipère

avatar
La suiiiiiiiiite Smile




Chapitre 7 : Choisir son camp



Plusieurs heures plus tôt, le soleil pas encore levé, nous retrouvons Ingrid chevauchant Sonne au vent, après son entrevu musclé avec Harold. Elle repense à ce qu'il vient de se passer avec le jeune homme. Elle ne l'a jamais vu comme ça. Elle en a presque eu peur. Elle a vraiment cru qu'Harold ou même Krokmou allait la tuer, elle ou Sonne au vent. Astrid doit vraiment être très mal au point pour qu'il réagisse avec une telle rage. Ingrid n'est pas dupe. Elle a très bien remarqué qu'il y a quelque chose entre eux. Et la réaction violente d'Harold – lui qui est d'ordinaire calme et maître de son sang froid – est une autre preuve des sentiments du jeune homme.

Puis, elle repense à ce que lui a dit Harold. Astrid serait revenue à la Rive du Dragon avec Tempête, à moitié morte. Mais surtout elle aurait été empoisonnée par Viggo et est objet d'un chantage pour récupérer l'œil de dragon contre un antidote. Ingrid ne comprend pas.

Pourquoi Viggo aurait-il fait ça ? Pourquoi je n'ai pas été tenu au courant de ce sale plan ? Pourtant, J'ai réussi à m'infiltrer suffisamment dans le groupe des chasseurs pour avoir la moindre information, que je vendais à Astrid. Et Astrid … Comment s'est elle fait capturée ? Astrid est forte. Tempête est rapide. Bon certes, elles se sont déjà fait capturer, mais Astrid a appris de ses erreurs et elle fait très attention depuis. Mais alors comment ? Mais surtout pourquoi Viggo a fait ça ? Ce n'est pas logique. Quoique … Si Viggo veut détruire Harold, la meilleure façon c'est de s'en prendre à Astrid. Mais Harold n'a jamais rencontré Viggo, ni même aucun de la bande. Alors comment a-t-il su qu'en capturant Astrid, la torturant et la rendant à Harold mourante, cela allait toucher Harold. Quelque chose cloche. Quelque chose ne va pas.

Ingrid réfléchit à toutes ces interrogations, activement sur Sonne au vent, alors que le soleil commence à se lever.

Soudain sa dragonne pousse un grognement. La jeune femme lève les yeux pour voir ce qui l'a fait réagir : le bateau de Ryker.

« Je suppose qu'on ne va pas tarder à le savoir, Sonne au vent. »




Après plusieurs minutes plus tard, Ingrid et Sonne au vent arrivent sur le pont du bateau. Ils atterrissent en douceur, l'air de rien, et la jeune femme descend de sa dragonne, alors que Ryker et Dagur l'a rejoignent.

« Où étais tu passé, Ingrid ? » demande Ryker d'un air grave.

« Me promener avec Sonne au vent. J'ai le droit non ? »

« Aussi tôt ? »

« Je ne trouvais plus le sommeil. »

« Des excuses. Toujours des excuses. Vous êtes vraiment toutes pareilles, vous la gente féminine. »

« Qu'est ce que tu insinues par là, Ryker ? » demande énervée Ingrid en fronçant les sourcils, pensant tout de suite à Astrid.

« Rien. Nous rentrons à la base. »

« Comment ça la base ? »

« Viggo nous attend. Nous rentrons. » dit il avant de s'éclipser.

Ingrid fronce encore plus les sourcils. Elle est persuadée qu'il est dans le plan diabolique de Viggo, même qu'il est de mèche. Ça ne peut qu'expliquer le pourquoi Astrid ait été prise pour cible. Ryker a rencontré plusieurs fois Harold et Astrid, et il les a même vu combattre ensemble. Mais même avec ça, comment Viggo a-t-il su ? Par Ryker ? Sans doute. Mais alors comment Ryker a-t-il su ? Comment a-t-il su les sentiments d'Harold pour Astrid ? Car la seule explication du pourquoi Astrid a été choisi pour un chantage, c'est que les frères chasseurs ont découvert les sentiments d'Harold pour Astrid. C'est pour cela qu'Astrid a été capturée, torturée, empoisonnée et objet d'un chantage. D'une manière ou d'une autre, ils l'ont découvert. La question reste à savoir comment ? Elle veut en avoir le cœur net. Mais avant qu'elle n'a pu faire un mouvement, Dagur l'attrape par le bras. Là elle écarquille les yeux. Et si c'était Dagur qui a vendu la mèche. Après tout, son frère combat Harold et Astrid depuis des années. Il l'a peut être remarqué qu'il y a quelque chose entre eux. Non … Dagur n'est pas assez intelligent et observateur pour remarquer ce genre de choses … Quoique. Ingrid a été plusieurs fois surprise par son frère. Dagur serait-il de mèche avec Viggo ? Mais alors pourquoi ne pas l'avoir averti ? Car elles étaient amies avant ? Même si elles le sont toujours, mais ça personne ne le sait chez les chasseurs. Alors à qui la faute ? Ryker ? Dagur ? Ou elle a loupé quelque chose d'autre ? Elle fronce les sourcils à ces interrogations, alors que son frère prend la parole.

« Où étais tu sœurette ? »

« C'est un interrogatoire mon frère ? »

« Ça dépend. Si tu me contraries. » rit il sadiquement.

« Je suis juste allée faire un tour. Détends toi. »

« En plein milieu de la nuit ? »

« J'avais besoin de prendre l'air. »

« Attention sœurette ! Si tu ne me dis pas la vérité, je finirai par le savoir. Et tu sais ce qui se passe quand on me contrarie. »

« Voyons mon frère. On est une famille, non ? Pourquoi je chercherai à te contrarier ? On est ensemble jusqu'au bout. » sourit elle sadiquement.

Dagur la regarde suspicieusement avant d'éclater de rire. Ingrid le regarde méfiante vu l'imprévisibilité de son frère biologique.

« Tu dis vrai sœurette. C'est pour ça que je n'aimerai pas que tu me trahisses. »

« Jamais Dagur. Tu es la seule famille qui me reste. Je n'ai aucune raison de te trahir. Ryker te monte contre moi. Il faut se méfier de lui. »

« Tu n'as pas besoin de me le dire. Dois je te rappeler qui a eu l'idée de travailler avec les chasseurs pour avoir ce que NOUS, nous désirons ? »

« Non mon frère. Pas besoin. C'est sans doute, la meilleure idée que tu n'as jamais eu. C'est pour cela que nous devons rester souder, et en tant voulu, nous combattrons ensemble. »

« Bien évidemment, sœurette. » termine Dagur en prenant dans ses bras Ingrid.

« Alors comme ça, nous allons rencontrer enfin Viggo. » dit Ingrid après la fin du câlin.

« Il était temps. On va enfin passer aux choses sérieuses. » lui répond-t-il avant d'éclater dans un rire diabolique, tandis qu'Ingrid sourit, en fronçant les sourcils.

Je ne te le fais pas dire, pense-t-elle en se disant que la coïncidence était parfaite pour chercher des explications sur ce qui s'est passé entre Viggo et Astrid, mais surtout le plan de Viggo contre Harold.




Le bateau de Ryker a mis la journée à arriver au repaire des chasseurs de dragons, si bien que lorsqu'ils accostent le soleil se couche. Ingrid se tient derrière son frère, méfiante à regarder les alentours. Elle ne sait pas pourquoi, mais elle a comme un mauvais pressentiment. Et le fait de voir des dragons innocents enchaînés, tels des esclaves pour le compte des chasseurs, la rend malade. Certes, elle a espionné les chasseurs durant de nombreux mois, mais ce n'est pas pourtant qu'elle aimait particulièrement voir les dragons maltraités par les chasseurs. C'est aussi pour cela, qu'elle s'est empressée à dire son secret à Astrid, car elle savait qu'Astrid allait trouver un moyen d'aider les dragons avec le reste de la bande, tout en gardant le secret de son double jeu.

Ryker, suivis de près par Dagur et un peu plus loin d'Ingrid s'avancent doucement vers un grand bâtiment à ce qui semblerait être le QG des chasseurs et l'endroit où se trouve Viggo. Au fur et à mesure qu'ils approchent, Ingrid fronce les sourcils de plus en plus méfiante et stressée. Son mauvais pressentiment ne cesse de grandir. Et le fait que Sonne au vent grogne de plus en plus inquiète derrière elle, ne l'aide guère.

« Je sais ma belle. Moi non plus, je n'aime pas cet endroit. »




Au bout de plusieurs minutes, ils arrivent devant une grande porte. Mais avant qu'ils ne rentrent, Ryker se retourne vers Ingrid.

« Ton lézard reste dehors. Et si tu ne veux pas qu'elle ait des ennuis, mets la à l'écart. »

Ingrid le regarde méchamment avant de se retourner vers sa dragonne. Elle lui caresse la tête, et l'emmène plus loin. Sonne au vent, ayant compris, qu'elles allaient être séparées, grogne d'inquiétude.

« Ne t'inquiète pas ma belle. Tout va bien se passer pour moi. Toi tu restes à l'extérieur. Mais fais attention surtout. On est chez les chasseurs ici. »

Après une dernière caresse sur le museau du reptile, et un dernier coup d'œil pour voir sa dragonne s'envoler pour se cacher des humains, Ingrid retourne vers Ryker et Dagur et ensembles, ils s'apprêtent à rencontrer Viggo.

Ils traversent plusieurs couloirs avant d'arriver au bout du bâtiment, et d'y découvrir une porte plus ornée que celles qu'ils ont croisé plus tôt. Ingrid en conclut que cela doit être le bureau de Viggo, surtout qu'il y a des chasseurs qui gardent l'entrée.

Ainsi, après avoir reconnu le frère de Viggo, les gardes ouvrent les portes, les laissent passer et referment les portes derrière eux. Le mauvais pressentiment d'Ingrid ne s'est pas arrangé. Elle voit enfin le bureau de Viggo. Finalement, la pièce est assez simple, mais complexe à la fois. Il y a des crânes de dragon au dessus du bureau. Celui ci est simple, mais il y a divers objets étranges posés dessus. À l'entente du bruit de la porte, qui s'ouvre, puis se ferme, Viggo lève les yeux et sourit en voyant son frère arrivé. Il se lève de son bureau et s'apprête à saluer Ryker par une poignet de bras.

« Mon frère ! Le voyage a-t-il été bon ? »

« Long comme toujours. »

Puis, le chef des chasseurs se retournent vers les accompagnants de Ryker.

« Oh et je suppose que c'est eux ? »

« Oui Viggo. »

« Dagur et Ingrid des Par-en-vrille. Ou je devrais dire les dérangés ? » rigole le chef des chasseurs.

Alors Dagur sourit de pouvoir enfin rencontrer le chef des chasseurs – malgré la remarque de Viggo –, Ingrid le regarde plus méfiante que jamais. À la minute, où leurs regards se sont croisés, elle a eu des frissons dans tous les muscles de son corps. Cet homme lui donne la chair de poule. Pour autant, physiquement il n'est pas effrayant. Il est même plutôt mignon, si on aime les mecs âgés, ténébreux avec le regard sadique et psychopathe. C'est justement ce regard de sadique qu'il l'a pétrifié sur place. Alvin, Dagur, à côté ce n'est rien. Viggo, lui, à un simple regard, lui fout les jetons. Et pour rien n'arranger, son mauvais pressentiment s'agrandit.

« Ingrid, je suppose ? » dit Viggo en la regardant de haut en bas, avec ce même regard.

La jeune femme avale difficilement sa salive, pour cacher sa peur grandissante.

« Plutôt mignonne... » commence-t-il en s'avançant vers Ingrid pour toucher son visage avant d'être interrompu.

« Hé doucement ! C'est de ma sœur dont tu parles ! » s'énerve Dagur en s'interposant entre Viggo et Ingrid.

« Calmes toi Dagur. Je ne vais pas la manger. Je constate juste un fait. » dit il calmement, ce qui détend Dagur. « Il n'y a pas de mal à dire qu'une jeune femme est mignonne. » rigole toujours Viggo. « Bon pas aussi mignonne que cette blondinette, mais les brunes comme toi, sont déjà plus mon genre. »

Ingrid réagit à cette remarque.

Blondinette ?, pense-t-elle en écarquillant les yeux.

Mais à sa surprise, Dagur réagit aussi.

« Blondinette ? »

« Oh oui ! J'ai rencontré une de vos amis. Ou ancienne amie maintenant ? Une jeune femme très mignonne, blonde, yeux bleus tels des saphirs. Très combative et une dure à cuire. Elle a avec elle une dragonne vipère bleu ciel. Tiens maintenant que j'y pense, le reptile est de la même couleur que les beaux yeux bleus de sa dragonnière. C'est amusant. Mais comment elle s'appelait déjà cette fille ? » fait mime de réfléchir Viggo.

À l'entente de cette description, Ingrid agrandit de plus en plus ses yeux, et reste sans voix. Mais c'est son frère qui réagit en quatrième vitesse.

« Astrid ?! »

« Oui voilà ! Astrid ! En plus d'être superbe mignonne, elle a un très joli prénom. » se marre Viggo satisfait.

« Tu … Tu as rencontré Astrid ?! » pose Ingrid, bien qu'elle sait la réponse. Mais la façon dont il l'a dit, l'effraie encore plus.

« Oh oui. Et je me suis bien amusé avec. » rigole Viggo.

« Qu'est ce … Qu'est ce que tu as fais ? »

« Ça t'intéresse Ingrid ? » sourit il moqueur.

« Je … »

« Ne t'inquiète pas pour ça ! J'avais l'intention de vous le dire façon. Car d'ici demain, les choses vont se mettre à bouger et l'œil de dragon sera à nous. » rigole-t-il toujours autant.

« L'œil de dragon ? Comment ça ? Il n'est pas entre les mains d'Harold ? » demande Dagur.

« Je pense qu'Harold Haddock a autre chose à penser que garder l'œil de dragon. » rigole diaboliquement Viggo.

Ingrid fronce encore plus les sourcils, sa colère prenant le pas sur la peur.

« Pourquoi tu insinues ça Viggo ? » demande-t-elle.

« J'ai lancé un petit jeu avec ce cher Harold Haddock. Et d'ici demain, j'aurai gagné. »

« Qu'est ce qui te fait dire ça ? »

Viggo sourit sadiquement avant de répondre : « Je lui ai laissé un présent. Un présent qui lui fera perdre la tête et tous ses moyens. Sa faiblesse est sa vulnérabilité. Et sa vulnérabilité va s'imposer de plus en plus, jusqu'à le détruire complètement. Une fois anéanti, je n'aurai pas de mal à prendre l'œil de dragon et éliminer les dragonniers, ainsi que de capturer leurs dragons pour les vendre à des bouchers au plus haut prix. Sauf la furie nocturne. Pour elle, je lui réserve un sort bien pire. Mais après cette histoire, on n'entendra plus jamais parler d'Harold Haddock et de sa bande, qui se mettent sur notre chemin. »

« Minute ! Pas si vite ! Harold et sa furie nocturne sont à moi ! Tu n'as pas ... » commence à s'énerver Dagur, ne voulant pas qu'on lui vole ses trophées.

Mais sa sœur le stoppe tout de suite – même si elle sent sa colère monter – en mettant un bras devant son frère, l'incitant à ne pas continuer. Dagur la regarde sceptique, avant de reporter son attention sur Viggo, qui le regarde toujours avec ce même sourire sadique victorieux.

« Et ? Tu as découvert la faiblesse d'Harold, je suppose ? » demande Ingrid.

Viggo agrandit son sourire avant de dire : « Tu n'as pas deviné Ingrid ? »

« Astrid. »

« BINGO. Cette chère et tendre Astrid. Délicieuse Astrid. »

« Qu'est ce que tu as fait Viggo ! »

« C'est étrange. Il semblerait que ça te mette en colère. » dit il en posant ses doigts sur son menton, pour faire mine de réfléchir.

Ingrid le regarde avec des yeux surpris et choqués, avant de se reprendre en main.

« Non … Euh … J'aimerais juste qu'on me tienne au courant. Je déteste rester dans l'ignorance. »

« Oui c'est tout à ton honneur. » dit il faisant toujours autant semblant d'être compréhensif. « Alors comment te dire ça … J'ai rencontré cette chère Astrid. Une fille fougueuse. Mais mignonne dans son genre. Quel veinard cet Harold ! Et disons que … en attendant que la véritable partie du jeu commence … Hmmm comment dire … J'ai fait passé le temps. Et elle a été une belle distraction. Hmmm » fait il en se léchant les lèvres. « Un vrai délice. »

Ingrid ouvre la bouche, effrayée. Maintenant, elle craint vraiment le pire.

« Tu veux des détails peut être ? » continue Viggo toujours sadiquement en regardant Ingrid.

« Je ... »

Ingrid ne sait plus. Elle ne sait plus où elle en est, ni ce qu'elle doit faire. Rien que les quelques phrases de Viggo lui font terriblement peur. Mais pas pour elle. Non pour Astrid. Mais elle est trop curieuse, et elle est venue pour des réponses.

Voyant qu'Ingrid est prête à tout entendre, le chef des chasseurs sort quelque chose de sa poche pour le poser sur son bureau. À sa vue, Ingrid écarquille les yeux de peur. C'est le bandeau en cuir d'Astrid. Mais pas seulement. Il y a des traces de sang dessus. Énormément de traces de sang. Ingrid essaye de garder son sang froid, mais vu ce qu'elle voit, elle a vraiment dû mal de ne pas crier de frayeur. Même Dagur semble sous le choc, ce qui n'arrange pas son cas à elle.

« Mais c'est ... »

« Oui. Tout à fait. Son bandeau. Je me suis dit qu'elle n'en avait bientôt plus besoin. Et puis, lorsqu'Harold viendra me rencontrer, je lui rendrai comme un souvenir. »

Ingrid le regarde horrifiée, alors que Viggo s'amuse avec le bandeau de son amie.

« Mais c'est vrai qu'il y a pas mal de traces de sang. C'est sans doute lorsque je l'ai frappé. »

« Tu … Tu l'as frappé ? »

« Torturer serait un mot plus adéquat, n'est ce pas Ryker ? » dit il en se regardant son frère.

Ingrid et Dagur se retournent vers celui ci, surpris. C'est Ingrid, qui réagit la première, furieuse.

« Tu étais au courant ?! »

Comme simple réponse, Ryker détourne le regard, en l'ignorant complètement, ce qui a don d'énerver Ingrid d'avantage. Mais la question de son frère, la calme illico.

« Viggo, tu as torturé Astrid ?! »

« Ouais ! Elle était coriace la petite. Malgré qu'elle a été fouettée, frappée, électrocutée, marquée au fer chaud tel un animal, encore frappée, à nouveau fouettée, même agressée sexuellement, pour finir par être empoisonnée, elle a gardé son mental d'acier. Quoique. Après que je l'ai agressé sexuellement, elle a commencé à se briser. C'était amusant à voir. Mais, ce n'était pas encore assez à mon goût. Il faut le dire. Elle est vraiment incroyable cette blondinette. J'avoue que c'est assez admiratif. Même en frappant, fouettant et marquant au fer chaud son reptile devant elle, pour finir par l'empoisonner aux fleurs bleus de laurier rose, mélangé à un autre venin, elle n'a pas sourcillé. Enfin si. Mais, son mental n'a jamais disparu. Ou presque. C'est très admirable. Mais peut être que quelques heures de plus, et j'aurai réussi à la briser entièrement. Tant pis. J'aurai tout le plaisir de voir Harold se briser en apprenant la nouvelle. De lui raconter comment j'ai fait hurler à la mort sa chère et tendre ... Oh je sens que ça va être divin. Voir se tortiller Astrid telle une proie était jouissif. Voir cette coriace viking pleurer pour toutes les souffrances était vraiment jouissif. L'entendre hurler à la mort était encore plus jouissif. Surtout quand je lui ai injecté le venin de manticore. Je me souviens encore de son hurlement de douleur, à vous déchirer les cordes vocales, quand je lui ai injecté le poison. J'en rigole encore. Je me suis vraiment bien amusé. Mais par dessus tout, je me régale d'avance de la souffrance d'Harold. Le voir se briser en mille morceaux, après la découverte de toutes les tortures qu'elle a pu subir. Olalala tout ça va être un véritable délice. Ça va être tellement jouissif. » se lèche les lèvres Viggo, plus sadiquement fou furieux que jamais.

« Le venin de quoi ? » demande Dagur incrédule - resté sur le poison qu'a injecté Viggo sur Astrid, n'écoutant pas la suite de son discours - alors que sa sœur est restée scotchée depuis que Viggo a dit qu'il avait agressé sexuellement Astrid.

« Le venin de manticore. Le poison le plus douloureux et le plus mortel qu'il puisse exister. La victime agonise pendant 3 jours avant de mourir dans d'atroces souffrances. Et bien sûr, il n'existe aucun antidote. »

Ingrid réagit enfin à l'entente des derniers mots. Mais son état de choc ne s'améliore pas pour autant. Certes, elle voulait savoir la vérité, mais là c'est pire ce que tout elle a pu imaginer. Et par dessus tout, elle se demande si Harold est au courant de tout ça. Sans doute non. Mais lorsqu'il va le découvrir, il va pire que péter un plomb.

« Donc Astrid .. va mourir ? » tente Dagur, qui bizarrement, est assez sous le choc.

« Oui. Dans tous les cas. Sauf si par un miracle décidé par les Dieux, Harold arrive à gagner. Mais cela j'en doute. Car quoiqu'il fasse, il court à sa perte. Astrid mourra au plus tard demain soir. Soit des blessures que je lui ai infligé. Soit du poison. Mais elle mourra. Et Harold mourra avec elle. Alors dans tous les cas, j'ai gagné. Ah oui et j'ai failli oublié ! La dragonne d'Astrid mourra aussi. C'est indéniable. Et dans les mêmes atroces souffrances que sa dragonnière. C'est inévitable. Harold a sans doute chercher un moyen de trouver un antidote contre les fleurs bleus de laurier rose. Mais il remarquera très vite que le venin de l'ébouillantueur ne sera pas suffisant pour sauver la dragonne. De plus, même si c'est un reptile de plusieurs centaines de kilos, elle ne survivra pas à ses blessures et encore moins au poison. Surtout si le lézard a ramené sa chère et tendre maîtresse auprès du prince charmant. C'est indéniable. Astrid et sa dragonne mourront demain au coucher du soleil et Harold ne pourra rien faire pour empêcher ça. Donc après leur mort, Harold Haddock se sera éteint et sera plongé dans les ténèbres du désespoir. Et la partie sera finie. GAME OVER. » ricane Viggo diaboliquement, toujours en s'amusant avec le bandeau en cuir d'Astrid, tandis que, sous le choc, Ingrid et Dagur se regardent, n'en revenant pas.

Dagur combat certes Harold depuis des années, mais jamais, il n'a employé de telles manières. Quant à Ingrid, c'est juste impensable qu'elle puisse imaginer cela.

Après avoir fini de rire, Viggo reprend son sérieux.

« Donc voilà maintenant ce qu'il va se passer. Harold va voler droit dans la gueule du loup pour essayer de sauver sa chère et tendre amoureuse. Il va certainement arrivé demain dans la journée, où nous l'attendrons. L'échange avec l'œil de dragon sera fait. Mais il voudra sans doute me tuer … non me torturer avant de me tuer, pour ce que j'ai fait à la femme de sa vie. Et il aura mis des plans en place pour essayer de nous surprendre. Mais nous allons l'attendre de pieds fermes. La partie se termine demain, au coucher du soleil, au plus tard. Demain, Astrid mourra. Demain, Harold Haddock mourra de désespoir et sera emporté par le néant pour l'éternité. Et ce sera la fin de l'ère des dragonniers. La fin d'Harold Haddock. »

Plus tard, Ingrid sort du bureau de Viggo toujours autant sous le choc. Quand elle finit par sortir à l'extérieur, elle se tient à l'estomac, mais ne tenant plus, elle vomit ses tripes, dû à l'horreur qu'a dit Viggo. Puis, toujours autant sous le choc, elle appelle sa dragonne, Sonne au vent. Une fois la dragonne arrivée, celle ci voit sa maîtresse, mal au point, et elle commence à paniquer. Ingrid essaye de la rassurer en lui caressant la tête.

« Sonne au vent … J'ai … J'ai découvert ce qui était arrivé à Astrid … C'est pire ce que tout j'ai pu imaginer … Viggo … Viggo est un monstre … Non … Un salopard ! Comment … Comment quelqu'un est il capable de faire une telle chose ? Oh Astrid … Je suis tellement désolée ! Harold … c'est sûr que si tu l'apprends … Jamais, tu ne pourras me le pardonner … Et Viggo a raison ... Si Astrid meurt, tu mourras de désespoir avec elle ... Mais ... S'il n'y a pas d'antidote ... Astrid est condamnée … Je ... Je suis tellement désolée ! » pleure la jeune femme sur la tête de sa dragonne, qui ronronne de tristesse essayant de la consoler.

Mais soudain, Ingrid, le visage recouvert de larmes, ouvre les yeux, déterminée.

« Harold … Tu vas tomber droit dans un piège. Si je ne peux pas sauver Astrid, je peux au moins te sauver toi. Ainsi que tous les autres ! Je peux éviter que Viggo plante son épée dans ton cœur, déjà assez meurtri comme ça par la perte d'Astrid. Viggo a raison. Tu vas essayer de te venger, mais il n'attend que ça. Je ne peux pas t'empêcher de te venger, car moi aussi, j'ai bien envie que tu lui plantes ton épée dans le cœur de ce salopard... Non ... Ce fils de pute n'a pas de cœur ... Comme on dit, pour tuer un serpent, il faut lui couper la tête ... Harold, coupe lui la tête à ce fils de chien ! Non ... Je ne dois pas laisser ma haine m'envahir ... Mais Harold, ta haine à toi va être incommensurable. Elle va obscurcir ton jugement ... et tu vas perdre tes moyens ... Surtout s'il te met à raconter ce qu'il a fait à Astrid ... S'il te raconte qu'il la ... Qu'il lui a ... C'est horrible ce qu'il lui a fait ... Il va te briser en mille morceaux lorsque tu vas apprendre ça ... et tu sombreras ... Tu seras complètement anéanti. Ou rempli d'une haine indéfinissable, qui te fera perdre la raison. Ou les deux à fois. Et après t'avoir détruit au summum du possible et anéanti toute ta volonté, il va te tuer ... Non ... Il va t'achever après t'avoir briser bien comme il faut ... C'est indéniable ... C'est si cruel ... C'est tellement horrible ... C'est inévitable ... Non ! Je ne le permettrai pas ! Je ne veux pas te perdre toi aussi, peu importe ta rancune envers moi ... Il est temps. »

Puis, déterminée comme jamais, elle regarde sa dragonne droit dans les yeux - qui la regarde curieuse, mais en même temps avec détermination vu le regard de braise de sa maîtresse - ayant pris sa décision.

« Sonne au vent. Il est temps de choisir notre camp. Notre vrai camp. La guerre va bientôt commencer. Il est temps qu'on y ajoute notre grain de sel. Viggo nous le paiera. Harold va vouloir le tuer. Non. Le faire bien souffrir comme il le faut, avant de le tuer. Et je compte bien l'aider. A la fin de cette histoire, quelqu'un mourra. Et ce sera Viggo. »

A SUIVRE.


_______________________________________________

"Il y aura toujours Astrid plus Harold. C'est juré."




I love you What a Face Emadurly What a Face I love you  

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum